Poêle à granulés : prix, avantages, inconvénients… Tout ce qu’il faut savoir pour s’équiper intelligemment.

21 minutes de lecture.

 A l’heure ou l’Europe tout entière tremble de peur à l’idée de trembler de froid ; beaucoup de nos concitoyens se ruent vers les modes de chauffage alternatifs ; au premier rang desquels trône le poêle à granulés – ou poêle à pellet. Tellement d’ailleurs que l’on observe une inflation fulgurante sur le prix du pellet (comme celui du papier toilette, de la moutarde, de l‘huile de friture… quelle drôle d’époque !).
Plus provoquée par l’opportunisme (des consommateurs qui préfèrent stocker massivement que partager et des producteurs à qui l’on ne tiendra pas rigueur de profiter de cette bêtise), cette inflation est conjoncturelle et ne remet pas en cause la (très) bonne équation économique que représente les granulés / pellets pour le chauffage de sa maison. A l’inverse, les causes de l’inflation du gaz et de l’électricité sont – elles – beaucoup plus structurelles et ne risquent pas de s’arrêter de sitôt.
Ainsi, parmi tous les types de chauffages au bois, les poêles à pellet sont donc une bonne option économique et écologique, et voici tout ce que vous devez savoir pour envisager sereinement votre « abandon du chauffage fossile »

Les poêles à granulés sont-ils rentables ?

Le poêle à granulés est rentable : Tout le monde est unanime : avec 0.06€ par Kwh produit, le chauffage à pellets est considéré comme l’un des plus rentable actuellement. Très loin devant le fioul, le gaz (surtout si vous n’êtes pas au tarif réglementé à 0.88€ au tarif B1-chauffage) et de plus en plus loin devant l’électricité. Pour 100 m2 correctement isolés/ ventilés ; on estime que la facture annuelle en pellet est de l’ordre de 250 à 300€… Alors certes le rendement du poêle est inférieur à celui d’une chaudière gaz à condensation (84% max versus 90% pour le gaz) mais ce différentiel est largement plus petit que le différentiel de prix – surtout si on se tourne vers l’avenir.

Même en incluant sa consommation électrique : Le décompte de ci-dessus n’inclue pas le coût électrique du fonctionnement d’un poêle à granulés (ce sont, après tout, des appareils électriques), soit une moyenne de 4,5€ par mois.

Entre 3 et 6 ans d’amortissement : mieux qu’une pompe à chaleur : Le coût initial de l’achat et de l’installation d’un appareil est élevé, les poêles à granulés nécessitent un entretien régulier, et la demande croissante et la diminution de l’offre de granulés font augmenter les coûts – des éléments à prendre en compte dans votre calcul de rentabilité. Néanmoins pour prendre une certaine marge de sécurité, je dirais que l’amortissement de votre poêle à granulé se fera en 5 ans si vous remplacez une chaudière gaz d’ancienne génération.

Sont-ils propres et écologiques ?

Il ne fait aucun doute que les poêles à granulés offrent de grandes améliorations par rapport à leurs prédécesseurs à bois. Ils sont beaucoup plus propres que les poêles à bois, mais moins que les appareils de chauffage au gaz. La quantité de particules (pensez à l’asthme, aux allergies et à d’autres problèmes respiratoires), de substances cancérigènes et de monoxyde de carbone émise par la combustion des granulés est une fraction de celle émise par la combustion du bois, même avec les poêles à bois plus récents certifiés. En fait, l’EPA – par exemple – considère que les émissions des poêles à granulés sont suffisamment faibles pour qu’ils ne soient même pas soumis à une certification.

Les granulés de bois sont fabriqués à partir de sciure, d’écorce et d’autres résidus de bois compressés. Ils peuvent également être fabriqués à partir de maïs, de soja, de coquilles de noix, de noyaux de cerises ou de « déchets » agricoles. C’est pour cela que l’on parle souvent de biomasse : toutes ces matières ligneuses qui peuvent être compressées en pellets et brulés avec un rendement quasi équivalent d’une matière à l’autre.

Le pellet : écologique, circulaire, mais pas neutre en carbone : Comme les granulés sont fabriqués à partir de ressources renouvelables et circulaires (c’est-à-dire que leur matière principale est le déchet d’une autre industrie – en cela ils permettent d’éviter la mise en décharge d’une partie de la masse) ; ils sont généralement considérés comme un bon choix environnemental. Les affirmations selon lesquelles ces granulés de biomasse sont neutres en carbone peuvent toutefois être un peu trompeuses : Ils ne peuvent pas émettre plus de carbone qu’ils n’en ont absorbé au cours de leur vie, mais le carbone utilisé pour cultiver, transporter, emballer et traiter les granulés doit être inclus dans le calcul. N’oubliez pas non plus qu’un poêle à granulés est un appareil électrique, et que l’énergie utilisée pour le faire fonctionner doit être ajoutée à l’empreinte carbone du poêle à granulés.

Et si les granulés sont fabriqués à partir de ressources renouvelables, rien ne garantit qu’ils seront renouvelés (c’est-à-dire remplacés). On peut planter un nouvel arbre pour chaque arbre abattu, mais il y a un grand écart entre un arbre adulte qui absorbait déjà du CO2 et un arbre qui pourrait être planté et qui pourrait finir par absorber autant de CO2.

Quant aux maïs… ne me lancez pas sur le sujet. La façon dont le maïs est cultivés ressemble plus à un monstre de monoculture avalant des millions de litres d’eau et fumant des combustibles fossiles. Certains de ces inconvénients peuvent être compensés par l’achat de granulés dont les ingrédients proviennent d’une culture durable des arbres et des plantes. Et, bien sûr, le local est préférable.

Alors le pellet : roi de l’écologie ?

Même en tenant compte des coûts environnementaux liés au transport, à la production et à l’emballage, les poêles à granulés constituent généralement une source de chaleur efficace. Et avec un faible coût environnemental par rapport à de nombreuses autres options, ils sont une pièce légitime du puzzle de la durabilité. À bien des égards, comme pour l’éthanol et le biodiesel, le chauffage à pellets se résume à une question d’approvisionnement. À une échelle locale et limitée, le chauffage à granulés est une option efficace et durable. Mais (c’est reparti), nous vivons dans un monde où les ressources s’amenuisent et où la consommation ne cesse de croître, où les cultures qui pourraient être à la base de l’énergie renouvelable sont en concurrence avec nos besoins fondamentaux : la nourriture et l’eau.

Dans l’état actuel des choses – à cette échelle locale et limitée – la chaleur des pellets peut faire des merveilles : détourner les « déchets » des décharges, fournir une chaleur assez efficace et propre, et offrir une méthode pour réaliser des systèmes énergétiques durables et indépendants.

Quels sont les avantages et les inconvénients d’un poêle à granulés ?

Les poêles à granulés sont neutres en CO2 , automatiques, plus faciles à utiliser que les poêles à bois et à faible émission de particules. Leur succès est donc bien mérité. Mais la crise sanitaire et énergétique les a rendus (peut-être temporairement) moins compétitifs. Avant d’envisager d’en acheter un, sachez que le chauffage aux pellets s’accompagne de quelques contraintes…

Si vous voulez un article complet sur les avantages et inconvénients des poêles a pellet, c’est par ici : 25 avantages et inconvénients des poêles à pellet

Quels sont les avantages des poêles à granulés ?

Rentable, lorsqu’il est utilisé comme chauffage d’appoint

Les poêles à granulés sont idéaux pour fournir un chauffage d’appoint entre les saisons. Ils représentent donc un bon rapport qualité-prix (même si les pellets sont devenus plus chers que d’autres sources d’énergie), car l’utilisation d’un poêle évite de devoir relancer le chauffage central au début de l’hiver et permet de l’arrêter plus tôt à la fin de la saison de chauffage.

Il permet également de soulager le système de chauffage central pendant la saison froide.

Si le poêle fonctionne quelques heures par jour entre octobre et avril, il vous coûtera 150 à 200 € par an en granulés et en électricité, et jusqu’à 300 € pour une utilisation plus intensive : il peut donc venir soulager vos finances en se substituant à une partie de l’effort demandé à votre bonne vieille chaudière gaz bien trop dépendante des caprices de Gazprom (ou de qui lui donne les ordres).

Un combustible rentable

Les prix des pellets ont été remarquablement stables au cours de la dernière décennie, alors que toutes les autres sources d’énergie fluctuent fortement en fonction du marché.

Depuis des années, un sac de granulés de 15 kg acheté à l’unité au supermarché et récupéré par l’acheteur coûte environ 4,5 € (TVA comprise), soit entre 0,30 et 0,36 € le kilo. Achetés à la tonne ou à la palette de 64 à 102 sacs, les pellets sont disponibles à des prix compris entre 0,26 et 0,30 € par kilo. Certaines entreprises livrent gratuitement.

Le prix des pellets est resté longtemps moins cher que celui des autres combustibles. Mais avec la crise sanitaire, le prix des énergies conventionnelles s’est effondré, et les pellets sont devenus plus chers par kWh que le gaz ou le mazout. Deux tonnes de pellets contiennent autant d’énergie qu’environ 1 tonne de mazout ou 1 m3 de gaz. Vous en consommerez donc deux fois plus, en poids.

Facile à utiliser

Oubliez le papier, le bois d’allumage et les allumettes : les poêles à granulés sont équipés d’un allumeur électrique.
Tous les modèles ont au moins un thermostat, de sorte qu’ils s’éteignent et se rallument automatiquement. Certains modèles disposent également de fonctions avancées : programmation, télécommande, contrôle par smartphone/internet, etc.

Excellente performance

Le rendement d’un poêle à granulés de qualité peut dépasser 90 %. Ainsi, seuls 10 % de l’énergie contenue dans les granulés sont perdus dans la cheminée. C’est

  • plus qu’un classic wood fireplacedont le rendement n’est que de 40 à 50 % (60 à 80 % pour les poêles récents à haut rendement).
  • beaucoup plus qu’un feu ouvert, dont le rendement n’est que de 5 à 15 %.

Pas besoin d’une cheminée traditionnelle

Vous n’aurez pas besoin d’une cheminée avec un bon tirage pour votre poêle à granulés : la fumée est expulsée vers l’extérieur par ventilation forcée via un tube de 80 à 120 mm, placé verticalement ou horizontalement. Ce tube peut même comporter un coude. Le poêle peut donc être installé presque partout, contre ou près d’un mur extérieur et d’une prise de courant ou sous un plafond.

Les poêles à granulés consomment soit de l’air ambiant, soit de l’air extérieur (sur les modèles équipés d’un double tube d’évacuation et d’aspiration ou d’une alimentation en air extérieur séparée).

Faibles émissions de particules

Les poêles à granulés émettent peu de particules, comme le montre cette comparaison des émissions moyennes de particules PM10 en grammes par gigajoule (g/GJ) :

Cheminée840 g/GJ
Poêle à bois installé avant 2000760 g/GJ
Vieux poêle à charbon450 g/GJ
Poêle à bois installé entre 2000 et 2014380 g/GJ
Poêle à charbon moderne240 g/GJ
Poêle à bois installé après 201495 g/GJ
Poêle masse95 g/GJ
Poêle à granulés60 g/GJ
Chauffage au fioul1,9 g/GJ
Chauffage au gaz naturel 1,2 g/GJ

Neutralité carbone

Les pellets sont fabriqués à partir de sciures de bois provenant de l’industrie de transformation du bois (meubles, palettes, bois d’œuvre, etc.).
Les poêles à granulés sont neutres en carbone car le carbone libéré lors de la combustion est équivalent à celui absorbé par l’arbre pendant sa croissance.

  • Les pellets de qualité répondent aux normes de qualité et d’environnement : les plus importantes sont DIN+ (basé sur les normes EN 14961-2 et ISO 17225-2) ou EN+(alors choisir le grade A1 soit EN+A1)
  • N’hésitez pas a regarder d’où vient le bois utilisés (attention au pellet chinois dont le bilan carbone est catastrophique du fait du transport) et vérifier s’il provient de forêts durables.

Les produits non conformes aux normes DIN+ et EN+ produisent moins de chaleur, posent des problèmes aux appareils (plus de cendres, vitrification des cendres, encrassement par la poussière, etc.) et ne proviennent pas de forêts gérées durablement (labels PEFC et FSC).

Quels sont les inconvénients des poêles à granulés ?

Moins attrayant qu’un poêle à bois traditionnel

Sur le plan esthétique, les flammes « soufflées » d’un poêle à granulés ne sont pas comparables à celles d’un poêle à bois, sauf sur les modèles à convection naturelle.

Les sacs de granulés sont lourds et prennent de la place

Vous devrez vous approvisionner en granulés dans des sacs de 15 kg. Il existe également des sacs de 10 kg, qui ne sont pas toujours faciles à déplacer, surtout si vous n’habitez pas au rez-de-chaussée. Un poêle à granulés peut contenir entre 1,5 et 4 sacs.

Sa consommation dépendra de :

  • la taille et l’isolation de la pièce que vous souhaitez chauffer,
  • le temps de chauffage
  • la température souhaitée.

La réserve intégrée offre une autonomie d’environ 12 heures à pleine puissance et de 36 heures à un tiers de la puissance. Un peu de place est nécessaire pour stocker quelques sacs à l’avance. Les pellets doivent être stockés dans une pièce sèche.

Ne fonctionne pas sans électricité

Le poêle ne peut pas fonctionner sans électricité pour faire fonctionner le système d’allumage automatique, l’alimentation en granulés, la ventilation et les commandes électroniques.

Nécessite un entretien

  • Tous les deux jours : nettoyer le brûleur avec une brosse.
  • Tous les deux jours à deux semaines : videz le cendrier
  • Toutes les deux semaines : nettoyer l’échangeur de chaleur
  • Une fois par an : entretien approfondi, de préférence par un professionnel. Le poêle doit être déplacé pour accéder à la cheminée.

Peut être bruyant

Un bon appareil « très silencieux » ne dépasse pas 32 décibels (moins qu’un réfrigérateur). Un appareil bas de gamme émet 49 dB, ce qui est trop pour un salon.

Le bruit d’un poêle en fonctionnement provient de :

  1. la mangeoire, qui tourne soit en permanence (presque inaudible), soit par intermittence (à quelques secondes d’intervalle)
  2. le ventilateur, qui est particulièrement bruyant au démarrage.

Les modèles puissants sont plus bruyants, mais les appareils haut de gamme sont équipés de systèmes qui réduisent le bruit de l’alimentation et de la soufflerie. Ils peuvent donc être bien classés dans le tableau ci-dessous.

Échelle subjective du bruit (dB) émis par un poêle à granulés :

32 à 36 dB Très silencieux (poêles ventilés de faible puissance et poêles à convection naturelle)
40 à 42 dBAcceptable
44 à 46 dBSupportable pendant une heure
46 à 49 dBSupportable pendant moins d’une heure
 > 49 dBSupportable très temporairement

Combien coute un poêle à pellet ?

Pour le poêle : entre 600€ et 8 000 € selon sa puissance, du degré d’automatisation de la combustion et de l’alimentation et de son design évidement

Les prix varient donc de 600€ pour un petit modèle d’entrée de gamme en acier à plus de 8 000 € pour des modèles puissants en fonte, en céramique et dotés de fonctions avancées. Ces prix sont ceux observés en Septembre 2022 sur un comparateur de prix bien connu.

Installation : Entre 250 et 500€ pour un simple tubage, de 1 000€ à 3 000€ pour une pose totale (si aucune évacuation était préexistante).

En plus du coût d’achat de votre poêle, il faut prendre en compte le coût de l’installation, qui doit obligatoirement être effectuée par un professionnel. Il faut compter entre 250 et 500 € pour un poêle raccordé a un conduit préexistant (qu’il faudra alors simplement tuber). Mais si il n’y a pas de conduits disponibles, la facture sera plus salée : comptez entre 1 000 et 3 000€ pour construire une évacuation selon la complexité des travaux. Bien sur cela peut être encore plus cher selon la configuration particulière de votre maison.

Comment choisir son poêle à granulé ? Guide d’achat

Acheter un poêle à pellet, c’est avant tout prêter une attention particulière à 3 aspects fondamentaux :

  1. Capacité de chauffage du poêle à granulés (en BTU). Cela détermine la taille du poêle à granulés dont vous avez besoin pour votre maison (entre 50 et 300 mètres carrés).
  2. L’efficacité énergétique. Il est logique d’opter pour un poêle à granulés offrant le meilleur rendement énergétique.
  3. Taille de la trémie. La trémie est en fait un panier où l’on dépose les pellets qui vont alimenter le poêle. La taille de la trémie – 10 à 30 Kg – détermine la fréquence à laquelle vous devrez réapprovisionner (en granulés) le poêle.

 

Quelle devrait être la taille d’un poêle à granules ? (Capacité, mesurée en BTU)

Le BTU ou British Thermal Unit est une unité standard dans le monde que nous utilisons pour mesurer la chaleur utile que tout appareil de chauffage, de ventilation et de climatisation peut créer. En bref, plus les poêles sont grands, plus ils produisent de BTU et vice versa.

Les poêles à granulés ont une capacité allant de 10 000 BTU (les plus petits poêles à granulés) à 90 000 BTU (les plus grands poêles à granulés). En pratique, la plupart des poêles à granulés ont une capacité de 40 000 à 60 000 BTU.

La première chose à déterminer lors de l’achat d’un poêle à granulés est sa taille. La capacité du poêle est directement proportionnelle à sa superficie.

Par exemple, pour chauffer correctement une maison de 180 m2, il vous faut un poêle à granulés de 60 000 BTU.

Nous avons calculé la taille du poêle à granulés dont vous avez besoin pour certaines des surfaces les plus courantes des maisons modernes :

Mètres carrés habitablesPuissance en BTU recommandée du poêle à granulés – maison correctement isoléeEquivalent (arrondi) en Kw
55 mètres carrés18 000 BTU5 Kw
75 mètres carrés24 000 BTU7Kw
90 mètres carrés30 000 BTU9Kw
110 mètres carrés36 000 BTU11Kw
130 mètres carrés42 000 BTU13Kw
150 mètres carrés48 000 BTU15Kw
170 mètres carrés54 000 BTU17Kw
190 mètres carrés60 000 BTU19Kw
210 mètres carrés66 000 BTU21Kw
230 mètres carrés72 000 BTU23Kw

Voici quelques conseils pour vous aider à choisir un poêle à granulés : Les fabricants de poêles ont tendance à indiquer la superficie maximale qu’un poêle à granulés peut chauffer. Soyez prudent avec cette information : elle correspond à une mesure en condition (idéale) en laboratoire. Bref avec une isolation parfaite et pas de courants d’air. Référez vous donc à la vraie mesure de puissance en BTU ou en KW et soyez réalistes sur le niveau de qualité de votre isolation / ventilation. Ne tombez pas non plus dans l’extrême inverse en surdimensionnant votre installation : ce ne serait pas rentable à l’achat ni en consommation de pellets.

Le chauffage secondaire : Certaines personnes utilisent les poêles à granulés comme système de chauffage secondaire. Dans ce cas, votre système de chauffage principal (une chaudière gaz par exemple) devrait produire la majorité de l’énergie de chauffage, et vous pouvez donc sous-dimensionner votre installation car il s’agit d’un système d’appoint/de secours ou vous accepterez pour une nuit ou deux des conditions un peu dégradées.

Efficacité énergétique des poêles à granulés (entre 70 et 84 %)

Comparé aux poêles à bois, chaque poêle à granulés est extrêmement économe en énergie. Les pellets peuvent produire deux fois plus d’énergie que le bois normal. La plupart des poêles à granulés sont certifiés EPA, ce qui garantit une haute efficacité énergétique.

Cependant, l’efficacité énergétique des poêles à granulés est encore variable. Le plus couramment cité est celui de 70% à 84% d’efficacité énergétique. Il est évident que les poêles à granulés les plus efficaces ont une efficacité énergétique proche ou égale à 84 %.

Les poêles à haut rendement énergétique ne signifient pas seulement que vous devrez utiliser moins de granulés pour obtenir plus d’énergie. Les taux d’émission de gaz constituent l’autre partie de l’équation.

Les poêles à pellets sont réputés pour leur faible taux d’émission de gaz. C’est une conséquence directe du haut rendement énergétique de la combustion des granulés. Un moyen simple de réduire encore les taux d’émission est d’investir dans des poêles ayant un rendement énergétique de 84 %.

Taille de la trémie (entre 10 et 30 Kg)

La trémie est un élément essentiel d’un poêle à granulés. C’est l’endroit où se trouvent tous les granulés qui vont être envoyés dans le poêle à granulés.

En bref, vous devez réapprovisionner la trémie en granulés de temps en temps. La fréquence à laquelle vous devez mettre des granulés dans la trémie dépend de  :

  • Taille de la trémie.
  • Vitesse de combustion.

La vitesse de combustion des granulés est réglée et contrôlée par un thermostat. La seule chose pour laquelle vous pouvez prendre une décision quand à l’autonomie de l’appareil est d’acheter un poêle à granulés avec une trémie plus grande.

En effet, plus la trémie est grande, plus le stock de granulés qu’elle contient durera longtemps. Vous aurez donc plus de temps pour profiter de la chaleur qui émane du poêle.

Quels sont les types de poêle à pellets disponibles ?

Il existe de nombreux modèles de poêles à granulés sur le marché.

Pour chauffer une ou plusieurs pièces

Les modèles de base se contentent de chauffer la pièce où ils sont placés. D’autres offrent la possibilité de faire circuler l’air chaud dans une pièce voisine. Certains modèles sont en fait des mini chaudières qui peuvent fournir de l’eau chaude à quelques radiateurs.

Modèles s’adaptant à votre cheminée, suspendus ou extra-plats

Différents looks sont disponibles. Les modèles extra-plats descendent jusqu’à un minimum de 25 cm.

Avec ou sans accumulateur de chaleur

Certains modèles sont équipés d’un accumulateur de chaleur en pierre ou en céramique pour un chauffage passif plus long (principe du poêle de masse, le plus efficace en terme de rendement).

Pour les granulés et les bûches

Certains modèles sont convertibles et peuvent également accepter des bûches de bois.

Convection naturelle

Les modèles récents comprennent des poêles à convection naturelle. Ceux-ci ne sont pas équipés d’une soufflerie. Leurs flammes ont un aspect plus naturel. Ils sont très silencieux et consomment moins d’électricité. Néanmoins, ils doivent idéalement être installés en position centrale et non contre un mur. Ceci afin de rayonner dans toutes les directions et de mieux faire circuler l’air dans toute la pièce de manière naturelle, au lieu de le souffler dans une direction particulière.

Quelle puissance choisir pour mon poêle à pellet ?

On suppose qu’une puissance de chauffage de 1 kW est nécessaire pour 20 m³ d’espace, soit environ 8 m² de surface au sol pour une hauteur de plafond normale.

  • Les appareils destinés à chauffer une seule pièce ont une puissance maximale de 8 à 10 kW. Il s’agit de la puissance de démarrage nécessaire pour chauffer rapidement une pièce à partir du froid. L’appareil fonctionne ensuite à une puissance plus faible.
  • Les appareils qui chauffent plusieurs pièces avec des radiateurs à air chaud ou à eau ont une puissance de 10 à 20 kW.

Laisser un commentaire