Les 10 types de matériaux pour une construction écologique et durable

27 minutes de lecture.

L’objectif de l’utilisation de matériaux de construction écologiques est de construire des structures efficaces tant sur le plan énergétique, social que l’efficacité du cycle de vie.
Ici je vous propose un dictionnaire de tous les matériaux écologiques présentés après une petite réflexion sur ce qu’est vraiment la construction écologique et durable. On y retrouvera une liste des matériaux a base de bois, de fibres, de pierre, de terre, de résidus animaux ect ect.
Chaque matériau présenté fait l’objet d’un article entier quand il est écrit en bleu et gras : cliquez dessus pour y accéder. Pour voir directement la liste des matériaux, utilisez le menu sous l’image. Je vous souhaite une merveilleuse lecture, et surtout n’hésitez pas a commenter pour enrichir la liste ou me taper sur les doigts si je me suis trompé quelque part !

Qu’est ce qu’un matériau durable, naturel, écologique ? 

L’objectif de l’utilisation de matériaux de construction écologiques est de construire des structures efficaces tant sur le plan énergétique, social que l’efficacité du cycle de vie.

La notion d’efficacité au cœur de la construction écologique

L’efficacité énergétique est vue ici dans une dimension globale. Elle couvre l’énergie nécessaire à la production, au transport et au recyclage/destruction du matériau, mais aussi l’énergie nécessaire pour rendre l’habitation constituée de ce matériau habitable par tout temps. Pour construire ces structures, il faut connaître les différents matériaux de construction écologiques, leurs propriétés et la manière dont ils contribuent à économiser l’énergie.

L’efficacité sociale, reprendra de grands enjeux comme les impacts sur la santé des personnes exposées au matériau (habitants, artisans…); l’impact de la production sur le développement local

L’efficacité du cycle de vie: je n’aime pas ce terme mais je n’ai pas trouvé mieux… J’entends par là la faculté du matériau à provenir d’une source renouvelable “écologiquement” (cf sans détruire les sols ou les communautés), s’inscrire dans un schéma d’économie circulaire (ou tous les déchets sont une matière première pour un autre type de production), et bien sur recyclables, compostables ou réutilisable à l’infini (ce qui s’inscrit dans une logique d’économie circulaire me direz vous – et vous aurez raison)

Ainsi une construction responsable sera écologique car on évaluera systématiquement l’impact réel du matériau sur l’environnement – et ce pour l’ensemble de sa vie. On parlera alors de matériaux durables – qui peuvent être naturels ou non.

Le Groupe SeLoger donne une typologie des matériaux durables et écologiques

La construction écologique est durable

Est un matériau durable, un matériau qui :

  • se révèle avoir une faible empreinte sur l’environnement
  • Autorise – de par son process de production – une gestion raisonnée de la ressource dont il provient ou dont il a besoin
  • Et est d’ailleurs issus de matières renouvelables
  • favorise le développement économique ou social des communautés locales
  • A un impact positif – ou à minima n’a pas d’impact – sur la santé des personnes qui y sont exposées : artisans, employés, habitants, voisinage…
  • De manière plus générale, n’émet pas de pollution durant l’ensemble de son cycle de vie (production, utilisation, destruction) ne rejette aucun produit toxique(formaldéhyde, COV ou autres gaz nocif pour l’homme ou son environnement) 
  • peut être recyclé/ composté/ réutilisé en fin de vie

Les matériaux durables peuvent être naturels, semi-artificiels ou artificiels :

La maison écologique n’est pas forcément construite avec des matériaux naturels

  • Par matériaux naturels, nous entendons des matériaux directement issus de la nature sans transformation de leur composition par l’homme (exp : terre crue)
  • Les matériaux semi artificiels sont entendus comme des matériaux issus de la nature mais légèrement transformés (exemple isolation en Lin – dont les fibres doivent être collées et rendues résistantes aux nuisibles et au feu). Dans la législation française, ces matériaux peuvent être qualifiés de naturels. 
  • Les matériaux artificiels sont des matériaux; eux; fortement transformés. Comme par exemple l’ouate de cellulose qui est le produit d’une suite de transformations du bois en papier puis du papier en une ouate rendue résistante au feu et aux parasites par ajout de sel de bore)

Le fait qu’un matériau ne soit pas naturel, n’implique pas forcément qu’il ne soit pas écologique. L’ouate de cellulose par exemple exploite les déchets de l’industrie du papier – qui sans elle – seraient détruits. Elle est donc écologique puisqu’elle permet de valoriser un déchet tout en évitant qu’un autre matériau doive être produit pour la remplacer. Elle est en outre recyclable – voir même compostable dans certains cas !

A contrario un matériau naturel peut ne pas être écologique car sa culture ou son exploitation n’est pas raisonnée : pensez à l’huile de palme… Si l’utilisation d’un matériau – tout naturel qu’il soit – détruit des écosystèmes ou des communautés humaines; alors on ne peut en conscience parler d’écologie. C’était d’ailleurs un des plus gros point noir des bio-carburants. Ils induisent un effet une concurrence alimentaire (“Manger ou Conduire, il faut choisir” disaient d’ailleurs certains experts)

[Voir aussi mon article qui liste les quatre grandes évolutions des matériaux de construction qui les rendent plus écologiques et plus sain]

De même pour tous les matériaux, le concept d’énergie grise est capital pour évaluer l’impact environnemental de la construction. L’énergie grise représente la quantité totale d’énergie nécessaire à la fabrication, au transport et à la destruction d’un matériau. Certains matériaux à ce titre réservent de vilaines surprises. Si on prend l’exemple de l’argile expansé: le matériau est naturel (de l’argile c’est de la terre) sans aucun ajout de produit chimique, il est stable, recyclable à l’infini, n’émet pas de COV. Mais sa production (chauffer de l’argile a près de 1 200 degrés dans des fours rotatifs) consomme une quantité importante d’énergie.

Type de matériauMatériauPerformance ThermiqueEnergie induite (Energie grise)
Artificielslaine de roche 20kg/m30,050 W/m.K123 kWh/m3
Artificielslaine de verre 18kg/m3 (équivalent à environ 20 cm d’épaisseur)0,044 W/m.K242 kWh/m3
ArtificielsPolystyrène extrudé (plaque expansées aux HCFC)0,035 W/m.K795 kWh/m3
ArtificielsMousse de polyuréthanne 30kg/m30,029 W/m.K974 kWh/m3
Artificielsverre cellulaire 160kg/m3 (plaques)0,057 W/m.K1 200 kWh/m3
Naturels | SemiArtificielsArgile Expansé0,015 W:m.K300 kWh/m3
Naturels | SemiArtificielslaine de chanvre, de lin, de coton0,060 W/m.K48 kWh/m3
Naturels | SemiArtificielslaine de mouton et autres fibres animales0,060 W/m.K56 kWh/m3
Naturels | SemiArtificielsPaille (botte à plat)0,050 W/m.K4 kWh/m3
Naturels | SemiArtificielsPaille (botte sur champs)0,045 W/m.K4 kWh/m3
Naturels | SemiArtificielsouate de cellulose soufflée0,042 W/m.K50 kWh/m3

Le bois: Charme, Performance Durabilité .. Mais Ecologie ?

Matériaux biosourcés : Le Bois, comme excellent matériau de construction

Une utilisation en forte croissance – C’est LE matériau de l’habitat écolo qui connaît une des plus fortes croissances. Depuis 10 ans environ, les constructions en bois augmentent de 15 % chaque année. Et ce n’est pas sans raisons : le bois est 15 fois plus isolant que le béton, abondant et très facile d’utilisation. En éco-construction, le bois sert principalement à construire les superstructures de la maison : ossature bois, panneaux OSB etc etc.Mais on trouve de plus en plus de nouvelles applications au bois, comme avec le béton de bois par exemple.

Même réusiné et transformé, le bois reste relativement écologique – Car même dans une forme semi-artificiel, le bois est un matériau de construction écologique et responsable. Car le processus de transformation du bois brut en planches, poutres et panneaux génère beaucoup de sciures et de copeaux qui peuvent être agglomérés et réutilisés sous forme de panneaux utiles pour la construction de cloisons, plancher, portes : c’est ce que l’on appelle le bois d’ingénierie (contreplaqué, lamellé croisé, aggloméré…). Contrairement au bois massif, le bois d’ingénierie contient différentes couches de bois, dont les couches intermédiaires sont généralement constituées de chutes de bois et les couches extérieures de bois massif.

stries d'un rondin de bois
Le bois est un matériau écologique s’il est issu d’une exploitation raisonnée

10 matériaux de constructions écologiques à base de bois

[Cliquez sur un des matériaux pour être dirigé vers l’article dédié]

Parpaing de bois – Un système Français (cocorico) fait de planchettes de bois assemblées comme des lego pour former des parpaings isolables. une petite merveille pour la construction écologique à base de bois !

Bois lamellé-collés – des lamelles ou buchettes de bois sont pressées et collées entre elles soit dans une disposition parallèles (chaque lamelle est parallèle, on parle alors de GLT) ou dans une disposition perpendiculaire (chaque lamelle d’une couche est positionnée perpendiculairement à la couche précédente pour accroitre sa résistance, on parle alors de GLT)

Bois composites (agglomérés ou OSB)– L’OSB est bien connu : ces panneaux de gros copeaux de bois que l’on voit comme bois de travail dans les travaux (le truc moche que l’on utilise pour les coffrage à béton par exemple). Si longtemps les résines utilisées pour agglomérer les copeaux étaient polluantes voire nocives, les nouvelles génération d’OSB sont relativement saines et biodégradables.

Les panneaux de fibres de moyenne densité (Medium ou MDF) : le faux-ami bien toxique des matériaux renouvelable mais qui se réinvente aujourd’hui grâce au riz. Et la c’est 100% écolo et 100% sain ! D’ailleurs si vous avez des meubles IKEA chez vous, ne lisez pas cet article : vous seriez tenté de les mettre vite fait à la benne.

Les panneaux de fibres de Haute Densité (HDF nommés aussi Isorel ou Masonite) : Panneaux HDF, ou panneau de fibre à forte densité. Très écologiques (si issus de forêts durables : on oublie les panneaux chinois) car ne nécessitent pas de liants chimiques. Ils sonts agglomérés par chauffage et pression. On les retrouve surtout en isolation phonique aujourd’hui. Mais de nouvelles générations débarquent, bien plus solides et apte a la menuiserie.

Le Liège principalement pour l’isolation phonique – tout est dit dans le lien. Le liège est beau, et comme ce qui est beau est souvent apprécié, il est cher. Très cher. Mais tout a fait écologique, d’autant qu’il n’implique pas la destruction de l’arbre qui produit la matière première. Et savez vous comment on appel cet arbre ? Le Chêne Liège. Sans blagues.

Laine & copeaux de bois – Pour l’isolation – et très efficace à condition d’y mettre l’épaisseur (amis Parisiens, oubliez) sous cette forme. on les retrouve bien sur à la base de la pluspart des matériaux de cette section consacrée au bois. Mais cela on s’en doutait non ?

L’ouate de cellulose – on la connait pour l’isolation et c’est d’ailleurs à cela qu’elle sert ! Il s’agit de fibre de cellulose liées et traitées au sel de borate. Généralement circulaire, car on utilise les invendus de la Presse pour le produire (même si techniquement on peut la produire à partir de n’importe quelle fibre de bois)

Bois cordé : construire soit même une maison de 100m² pour le tiers du prix d’un méchant pavillon de plain pied ? Oui c’est possible, pire encore : c’est juste trop beau ! ce n’est pas assez ? C’est hyper efficace en terme d’isolation tant phonique qu’acoustique ! Toujours pas convaincu ? C’est une technique millénaire qui a fait ses preuves depuis la Grèce Antique ! Bref c’est clairement un de mes préférés…

Béton de bois (particule de bois liées au ciment coulé en chappe ou en parpaing): une « inovation vieille de 90 ans qui est redécouverte principalement en Suisse et en Allemagne. A noter néanmoins qu’il n’est pas encore vraiment commercialisé, mais ce n’est qu’une question de temps vu ses propriétés exceptionnelles ! L’aspect écologique provient surtout de la moindre consommation en béton-ciment et la plus faible quantité de déchets lors de la destruction du bâtiment. C’est donc mieux, mais pas encore parfait. « Peut mieux faire » comme écrivaient mes profs sur mon carnet scolaire…

Les fibres végétales : des éco-matériaux en pleine expansion 

Fibres végétales pour la construction
Les fibres végétales possèdent d’excellentes qualités dans la construction

Les fibres végétales : un matériau de construction millénaire qui est tout juste redécouvert !

Depuis des millénaires, bambou, roseau, chanvre, couvrent ou constituent les bâtiments construits par l’Homme. L’émergence des techniques modernes de construction au cours des années 60 en ont néanmoins quasiment stoppé l’usage. En Irak par exemple ou le roseau était roi en construction, le béton s’est peu à peu imposé au bénéfice d’une politique de “modernisation” intensive. Pour revenir sous nos tropiques, l’abandon des techniques traditionnelles de construction de nos régions est un peu plus ancien. Principalement à partir des années 20 ou le béton et l’acier commencent à construire leur prédominance. Sans mauvais jeux de mots. Enfin si. Très mauvais d’ailleurs. Pardon.

Mais aujourd’hui – changement climatique et chasse aux pollutions aidant – les matériaux locaux, bio sourcés et sains reviennent en grâce. Et nous redécouvrons petit à petit les vertus oubliées de nos broussailles et herbacés tout en utilisant la science moderne pour en améliorer les performances.

Alors que ce soit pour la rénovation, l’isolation, l’esthétisme ou les super-structures de bâtiments; les fibres végétales trouvent un tas de nouvelles applications pour les éco-construction. Et pour vous aider à les (re)découvrir, voici une petite typologie qui sera détaillée dans des articles dédiés – alors n’hésitez pas à cliquer sur les liens.

Utilisation du Chanvre et de la chènevotte pour les constructions durables

Bétons de chanvre : un matériau de construction qui peut même être porteur tout en assurant une excellente isolation, avec un temps de déphasage long (il reste frais dans les canicules), pas de produits chimiques toxiques dans sa composition, une excellente résistance au feu et pas de problème particulier de (bio)sourcing. Un miracle de la technologie ? Non, les romains l’utilisait. Mais je suis heureux de vous le présenter dans cet article, car il vaut vraiment le coup d’y passer un peu de temps. Gardez en mémoire néanmoins que son utilisation normale concerne les structures non-porteuses, même si le béton de chanvre peut le devenir en le doublant d’une bonne couche de béton tout a fait classique. On le retrouve en enduits, en plaque préfabriquée, en parpaing ou en solution pour flocage.

Brique et parpaing de chanvre : c’est la même chose que le béton, sauf qu’il est vendu en parpaing. Référez vous à l’articles ci-dessus !

Laine et Ouate de chanvre – chanvre en vrac pour l’isolation bien sur . Un isolant qui – ne déméritant pas – mérite qu’on lui prête un peu d’attention. Enfin si vous avez les volumes adéquats dans vos pénates, car l’épaisseur de la couche sera plus importante qu’avec de la laine de verre par exemple

Applications du Lin pour les constructions écologiques

Laine de lin: un isolant sain et efficace quoiqu’un peu onéreux. Mais la santé n’a pas de prix me direz vous ! Et si vous pensez que payer moins cher le matériau revient à faire des économies; je vous invite à lire ce petit article qui relativise grandement l’apparent surcoût des isolants naturels.

Panneaux agglomérés en Lin : Ils peuvent être utilisés pour bâtir les cloisons, les âmes de portes voir même des plans de travail ou quelques applications en menuiserie classique (étagères et petits meubles). POur ce qui est de l’utilisation en tant que telle de ces panneaux, elle est semblables aux agglomérés classiques tels que le medium ou l’OSB. Avantage non négligeable, ils sont ignifuge et peuvent donc rentre dans la composition des installations coupe-feu / pare-flamme avec une résistance d’environ 30 minutes pour une épaisseur minimum de 22 mm. L’âme de ces panneaux est alors constituée d’un panneau de particules de lin ligno-cellulosiques agglomérées, collées et pressées.

Ecran de sous toiture “pare-pluie”

Sous couche de parquet

Profilés de fenêtre

Toile non tissée pour enduit ou utilisation brute

Le Coton pour les constructions responsables

  • Laine de coton
  • Briques de coton 

Le Bambou : un matériau écolo s’il ne vient pas de trop loin

  • Bambou brut
  • Bambou laminé
  • Bétons de bambous et bambous stratifiés

le Roseau en construction : local, écolo et performant

Maison en chaume
Le Chaume peut être utilisé en toiture ou en bardage

La Paille principalement pour une isolation écologique; mais pas que…

  • La paille en mur porteurs (non assurable en France)
  • La paille en isolant
  • Les torchis paille-terre ou les béton TPCS (Terre Paille Chaux Sable)

L’Herbe, le nouveau matériau écolo

La pomme de terre un matériau circulaire et écologique

  • l’épluchure de pomme de terre peut remplacer le formol (cancérigène) qui est un composant très utilisé dans la construction)
  • A venir des blocs / panneaux de construction résistants et bio-sourcés

Les champignons : une solution en devenir pour la construction écologique

  • Panneaux isolants en Mycelium
  • Briques et panneaux de construction en mycelium

Les fibres animales: des matériaux circulaires et performants !

Les fibres animales : Des matériaux sains, circulaires, performants et écologiques !

Alors certes, ceux d’entre vous qui sont vegan blêmiront. Mais nous n’entrerons pas ici dans l’épineux débat de la souffrance animale. Nous nous contenterons de considérer les laines et plumes animales comme un exemple typique de l’économie circulaire au service de l’éco-habitat. En effet, la production de laine pour l’industrie textile – sa principale débouchée – exclut de facto toutes les laines de qualité inférieure. Or ces laines sont de merveilleux isolants qu’il serait dommage (et énergivore) de détruire. La laine de mouton n’est pas le seul matériau de construction d’origine animale, on retrouvera aussi des plumes (en fait plutôt le duvet – ou les plus petites plumes) pour isoler efficacement et de manière saine ! Dans la série des sous produits de l’élevage on pourra aussi mentionner l’excellence de la farine d’os comme engrais de jardin

La laine de mouton, un isolant écologique

Les Plumes (canard, oies etc), écologique mais cher

  • Pareillement utilisée pour l’isolation mais très onéreuse donc pas vraiment utilisée, sauf à avoir un élevage chez soi !

La Pierre: belle et performante depuis l’antiquité

Un mur de pierre
Un mur de pierre et de chaux

La Pierre comme matériau pour la construction écologique et durable :

La pierre est un matériau de construction naturel et durable mais est elle forcément écologique ? Car son extraction peut s’avérer assez dommageable.
Si l’on prend en compte l’ensemble du cycle de vie du bâtiment en pierre, alors la position doit être beaucoup nuancée. En effet, la pierre est durable car elle est… durable justement ! Si l’on prend en compte le rapport coûts/durabilité et entretien nécessaire; alors le bilan de la pierre devient excellent pour la planète… 

Les bâtiments en pierre restent utilisables bien plus longtemps que leur durée de vie théorique et, à la fin de leur vie utile, la pierre peut être recyclée de diverses manières.
De plus – si elles doivent être isolées pour contenir le chaud au sein de votre logement; elles conserveront largement la fraîcheur en été !

Alors focus sur les utilisations d’un matériau millénaire, beau, solide, efficace !

Typologie des applications de la Pierre pour les constructions durables

  • Blocs de pierre bruts (pierre taillée, moellons, tout venant)
  • Le Gabion
  • Pierres reconstitués
  • Pierres dans la toiture : ardoise et Lauze
  • Pavages de pierre

La Terre : Un des matériaux les plus agiles et performants !

mur en différentes briques de terre
Les briques peuvent être de terre crue, d’Adobe, de terre cuite

La terre comme matériau pour la construction écologique et durable :

Les matériaux en terre comme l’adobe, le torchis et la terre battue sont utilisés depuis toujours pour la construction. Au même titre que la Pierre, mais cette dernière étant plus chère, elle était souvent réservée aux constructions de prestiges; en tous cas dans le nord et l’ouest de la France.

Matériau très plastique, elle peut être utilisée sous de nombreuses formes et techniques et procure un matériau très résistant, facile d’entretien et bon isolant thermique comme phonique.

Délaissée – comme les fibres végétales – au profit de techniques de construction standardisées principalement en béton – elle revient aujourd’hui en grâce du fait de ses qualités mécaniques, acoustiques et thermiques excellentes.

Typologie des applications de la Terre pour les constructions durables

  • La terre crue en 
    • Mortiers de terre crue, 
    • Bétons de terre crue, 
    • En briques compressées, 
    • Bauge, 
    • Pisée, 
    • Adobe 
    • Torchis
  • La terre cuite : 
    • briques en terre cuites
    • Tuiles
    • Dallages 
    • La brique monomur

Le béton : focus sur les alternatives plus vertes

10 milliards de tonnes par an et 8% des émissions planétaires de CO2. Qui aime le béton ?

Sur terre on produit et consomme environ 10 milliards de tonnes de béton par an, faisant de ce dernier le matériau le plus largement utilisé après l’eau. Impressionnant non ? Et comme vous vous en douterez, la fabrication de tout ce béton génère environ 8 % des émissions de gaz à effet de serre.

Face à cet enjeu, et depuis quelques années, les recherches se multiplient pour trouver des alternatives vertes ou plus vertes au Béton. Et notamment à son composant phare – le ciment Portland – dont la production est fortement énergivore. Parmi ces initiatives nous pourrions citer le programme européen ECO-Binder qui explore toutes les possibilités pour réduire l’empreinte carbone de ce matériau. Avec quelques succès comme la création des les liants à base de ciment Bélite-Ye’elimitique-Ferrite (BYF). Ces derniers constituent une famille de matériaux plus écologiques dont la teneur réduite en calcium, la température de cuisson et la demande en énergie de broyage plus faible entraînent une réduction d’environ 30 % des émissions de CO2 pour la même performance mécanique que le béton OPC (à base de ciment Portland).

Alors quel est l’avenir du béton quand on le regarde sous le prisme de l’écologie ? La réponse est clairement dans la typologie ci-dessous.

sculpture en béton
De très nombreuses recherches visent a faire du béton un matériau plus écologique

Des bétons plus écologiques et plus durables : la grande mue du béton

Les bétons de ciment de nouvelle génération: généralement ces bétons sont le produit de recherches et développement récents et ce concentrent sur la limitation ou le remplacement du ciment portland – dont la production est couteuse pour la planète. On y retrouvera des bétons avec de nouveaux types de liants issus de déchets de l’industrie métallurgique ou électronique, des bétons de verre recyclé, des bétons de plastiques – 15% du volume de déchet généré par les objets électriques ou électroniques pourraient être ainsi recyclés – et encore une longue liste de nouveaux bétons qui ne demandent que vos yeux pour être connus (je veux dire, cliquez sur le lien plus haut pour voir l’article dédié)

Béton alvéolaires / Cellulaire (thermopierre): avec des propriétés mécaniques, thermiques et acoustiques très intéressante, le béton cellulaire (aussi connu sous le nom de Cyporex, du nom de la marque qui le produit le plus) est aussi une bonne nouvelle pour la planète. Car avec environ 80% d’air à l’intérieur, il représente une économie phénoménale de matière première – notamment de ciment Portland; le principal facteur de pollution dans le béton.

Bio-bétons auto-cicatrisants : il ne s’agit pas de béton à base de ciment bio, pas la peine de vous ruer chez Naturalia. Non c’est un béton qui contient des organismes vivant pour s’auto-réparer. En fait il s’agit soit de spores de champignons soit de spores de bactéries qui – au contact de l’eau qui s’infiltre dans les fissures – on des propriétés bio-minéralisantes. En gros elles se mettent à produire du calcaire qui bouche la fissure jusque 1mm de large (mais c’est ces fissures qui non traitées génèrent les brèches). Vous trouvez cela incroyablement révolutionaro-moderne ? Désolé pour vous, les byzantins et les Romains maitrisaient la technique. Elle fut utilisée notamment lors de la construction de Sainte Sophie à Constantinople en l’an 532 (enfin la construction a duré jusqu’en 548, soit 16 ans).
Mais aujourd’hui elle se réinvente et promet des bâtiments plus durables et donc plus écologiques !

Bétons isolés

Les bétons végétaux, bio bétons et bétons biosourcés : voir le béton de bois, les brique brickawood ainsi que le béton de chanvre plus haut dans cet article

Les autres matériaux artificiels pour une construction durable et écologique

La brique silico-calcaire

Les briques de silicate de calcium (chaux sableuse et chaux silex) ou silico-calcaire sont fabriquées en mélangeant de la chaux, du sable et/ou de la pierre siliceuse ou du silex broyés, avec suffisamment d’eau pour permettre au mélange d’être moulé sous haute pression. Elle représentent une très bonne alternative au béton et possèdent d’indéniables qualités esthétiques !

L’Acier

Le fait que l’acier soit l’un des matériaux les plus respectueux de l’environnement dans le domaine de la construction sera peut être une surprise pour vous. En fait ca l’a été pour moi. Mais oui, l’acier présente un certain nombre d’avantages intrinsèques en termes de coûts et d’environnement, ce qui en fait un atout considérable dans l’évolution du secteur de la construction vers un avenir plus durable. En effet il est absolument recyclable sans aucune perte de qualité au fil des réutilisations, l’énergie utilisée pour sa transformation est donc en partie amortie par sa durée de vie quasi infinie. Enfin il est très résistant et ne s’altère pas : construire en acier est donc un moyen de construire durablement. Or la solidité de la construction est un des critères phare pour la qualifier de responsable.

Le Verre

Pour le verre, c’est comme pour l’acier. Si la production initiale du verre consomme beaucoup d’énergie et n’est pas très respectueuse de l’environnement. Le verre, quant à lui, est généralement résistant, durable et recyclable, ce qui en fait un matériau circulaire et donc respectueux de l’environnement.

Les alternatives au PVC : Les polypropylène, polybutylène et polyéthylène et tant d’autres…

Pour les services (les tuyaux etc. etc.) le PVC à été longtemps plébiscité. Mais aujourd’hui son impact sur l’environnement comme sur la santé le met sur la liste des matériaux à éviter. Heureusement des alternatives plus saines – et parfois plus vertes – existent. J’ai nommé les polypropylène, polybutylène et polyéthylène…. Enfin pour rester dans les plastiques. Car on peut aussi envisager des métaux (cuivre, fonte de fer) ou des matériaux minéraux (Argiles…) voir des bioplastiques.

Pour faire une petite typologie des alternatives, on pourrait citer :

CUIVRE
Avantages :
– C’est un matériau stable pour les lignes d’alimentation, en particulier dans les climats plus secs. (Remarque : utilisez des soudures sans plomb).
– Est recyclable après la démolition de la maison.
Inconvénients :
– Peut entraîner des niveaux élevés de cuivre dans l’eau.
– Coûteux, surtout pour les gros tuyaux d’évacuation et de ventilation.
– L’extraction du cuivre nuit à la planète.

FONTE DE FER
Avantages :
– C’est un métal inerte et relativement inoffensif.
– Il est silencieux. On n’entend pas l’eau s’écouler dans les tuyaux denses.
Inconvénients :
– Parce qu’il est très lourd, il est cher à installer.
– Utilisé uniquement dans les conduites d’évacuation.

ARGILE VITRIFIÉE
Avantages :
– A une longue durée de vie.
– Nécessite peu d’énergie pour sa fabrication.
– Bonne pour les conduites d’égout à l’extérieur du bâtiment.
Inconvénients :
– Est très lourd.
– Est cher.

AUTRES PLASTIQUES (Plastiques alternatifs tels que le polyéthylène haute densité (PEHD) et l’ABS (acrylonitrile-butadiène-styrène).
Avantages :
– Bon marché
– Léger, solide et flexible.
– Ne pourrit pas et ne se corrode pas.
Inconvénients :
– Fabriqué à partir de combustibles fossiles.
– La fabrication consomme beaucoup d’énergie.
– Est assez extensible.

3 réflexions au sujet de “Les 10 types de matériaux pour une construction écologique et durable”

  1. Bonjour et merci pour cet excellent article.
    Mais comment se fait-il que l’on ne parle quasiment jamais, en France, des enduits textile à base de coton ou de soie.
    Matériau naturel et durable au sens premier, ces enduits dépassent le rôle de simple décoration et participent à l’amélioration de la qualité de vie en gérant l’humidité ambiante, en participant à l’isolation thermique et phonique.
    L’utilisation d’enduit à base de fibres végétales est plusieurs fois millénaire dans certain pays. Pourquoi pas s’en inspirer ?

    Répondre
    • Je partage pleinement votre avis ! Les techniques de nos anciens sont pleines d’enseignements pour notre époque moderne. Il n’y a qu’a voir comment les Perses climatisaient leurs palais avec des puits provençaux et des cheminées solaires !
      Merci beaucoup de votre commentaire !

      Répondre

Laisser un commentaire