Isolation en Roseau : Prix, Pose et Performance

12 minutes de lecture.

Le roseau est un matériau de construction apprécié depuis des millénaires. Les premières maisons construites par l’Homme l’utilisaient déjà. Aujourd’hui, depuis peu d’ailleurs, le roseau revient sur le devant de la scène – notamment pour ses qualités d’isolant très sain et parfaitement écologique.
En effet la matière première est abondante, elle n’a à subir aucun traitement d’aucune sorte, elle est relativement facile à poser (même si elle doit être enduite) et ses capacités d’isolation thermique sont tout à fait correctes.

L’isolation à base de roseau conviendra merveilleusement bien aux projets qui ne sont pas très sensibles au prix mais très sensibles à la qualité des matériaux et d’exécution. On pourra donc l’envisager pour des rénovations de bâtiments historiques ou de caractère, mais aussi pour la construction moderne, lorsque l’on s’inscrit dans un projet de maison BBC ou passive.
Car vous l’aurez compris je pense, isoler avec du roseau à un prix. Mais c’est le prix du cachet; car cette forme d’isolation est magnifique une fois posée ! 

Le Roseau est il réellement un matériau écologique ? 

Le Roseau est cultivé facilement sans adjonction chimique : Le roseau commun est une mauvaise herbe qui pousse naturellement dans les zones humides, comme les étangs ou les rives des lacs ou des rivières. Il est tellement prolifique qu’on le retrouve partout dans le monde, sous toutes les latitudes – excepté en Antarctique. Il n’a pas besoin de traitement chimiques particuliers ou d’engrais – juste de conditions climatiques et environnementales favorables (de l’eau liquide et sans trop de courants, ainsi qu’un climat suffisamment tempéré pour éviter les longue période de gel).

Le Roseau est sobre pour les sols: sa culture et sa récolte n’appauvrit pas le sol d’autant plus que seule la tige est utilisée : la partie supérieure de la plante peut être rejettée directement sur le lieu de la coupe pour ne pas appauvrir les sols.

Le Roseau est / peut être un matériau local : En France, la Camargue se positionne en championne de la culture roselière avec 5 000 ha de plantations pour une production annuelle de 5 millions de bottes de roseaux. Cela représente les ¾ de la production française, le reste étant principalement en Normandie ou en Bretagne. Mais le potentiel de production du roseau est bien plus important : en fait en France, il pourrait pousser partout où il y a de l’eau stagnante et assurer ainsi la disponibilité d’un matériau écologique, circulaire et local.

Le Roseau, même sous forme d’isolant, est compostable : Outre la proximité de la matière première et sa grande disponibilité dans la nature, un autre aspect clé du roseau est la compostabilité en fin de vie. Car vous le savez, les déchets ne sont pas tous égaux : un panneau de polystyrène ne peut être comparé à un panneau de roseaux au moment de son élimination – et devra consommer une quantité importante d’énergie pour être détruit ou recyclé.

Ainsi il se caractérise pas un très faible niveau de consommation d’énergie grise : sa production ne requiert quasiment aucune énergie (si ce n’est le pétrole des machines). Sa transformation en isolant est comparativement très peu énergievore (le seul point noir est la production du fil de fer galvanisé qui lie les nattes). Attention néanmoins à la provenance du matériau, car le transport peut facilement détériorer ce bilan. En effet, même si le roseau est relativement abondant en France, les principaux producteurs d’isolation en roseau sont principalement situés à l’est / sud-est  de l’Europe (Pologne, Autriche, Suisse…).

Enfin le roseau n’émet aucun COV : pas de polyester pour coller les fibres, pas de formaldéhyde ou autres polluants intérieurs… Le roseau est sain, sans odeurs et ne provoque aucune allergie ni poussières d’ailleurs. 

Une isolation en roseau : les tiges de roseau – regroupées en nattes – sont recouvertes d’un enduit de terre ou de chaux

Sous quelle forme et pour quel type d’isolation trouve-t-on le roseau ?

Les roseaux pour l’isolation sont généralement utilisés sous la forme de nattes d’une épaisseur de 2 à 5 cm. Les tiges de roseau sont creuses et forment donc des tubes qui  sont maintenus ensemble avec des fils de fer galvanisé ou de nylon. Il est important que les tubes ne soient pas écrasés dans le processus de fabrication ou le transport : comme on le sait en effet, l’un des meilleurs isolants est l’air ; il est donc important que les tiges contiennent le maximum d’air. 

Ces nattes de roseaux seront ensuite recouvertes de torchis terre-paille ou de tout autre enduit à base d’argile.

Première forme d’isolant, les panneaux isolants à base de terre/argile et de roseaux qui servent dans en ITE qu’en ITI

  • ITI :  isolation thermique intérieure, le panneau d’environ 2 cm d’épaisseur est plaqué contre le mur de maçonnerie intérieur et est fixé à l’aide d’un enduit argileux qui lui donne sa rigidité et sa tenue dans le temps. Dans une forme plus épaisse, la natte de 5cm d’épaisseur peut être utilisée pour une isolation sous toiture ou des combles (pour une isolation en comble perdues).
  • ITE : Isolation thermique extérieure, le roseau est posé en bardage par plaque sur toute la surface extérieur de la maison. Il peut alors être aussi recouvert d’enduit – idéalement à base d’argile ou de chaux.

Le toit de Chaume: seconde forme – pour certains bâtiments – le roseau peut être utilisé en toiture avec des toits de chaume. Qui sont en fait des toits en roseau. Dans cette technique – très utilisée en Normandie par exemple – l’épaisseur de la toiture devra être d’au minimum 30 cm pour que la performance thermique (et phonique) soit au rendez-vous. 

Le roseau est-il réellement performant pour l’isolation ?

Le roseau remplit toutes les caractéristiques d’un bon isolant. Les caractéristiques de conductivité thermique du roseau combinées à sa grande teneur en air, permettant une bonne conduction de l’humidité, une très bonne résistance au feu. En outre le matériau s’avère bien réguler les températures intérieures en toutes saisons. En effet, le roseau contient la plus forte concentration de silicium de toutes les plantes, ce qui explique à la fois son imperméabilité et sa grande inflammabilité. 

En analysant les données techniques d’une natte de roseaux de 5 cm d’épaisseur, on constate que les valeurs de conductivité thermique ne diffèrent pas tellement de celles d’un panneau en silicate de calcium par exemple.

D’un point de vue plus technique, les caractéristiques du roseau sont fondamentalement appropriées en tant que matériau d’isolation ; la conductivité thermique (λ) du roseau est faible 0,055 W/mK (en l’occurrence plus cet indicateur est faible, meilleur est l’isolant), par rapport à l’argile 0,85 W/mK et 0,11 W/mK pour les bardeaux de bois. 

Par exemple pour des panneaux isolants en roseau de 2000 x 1000 x 20 mm (8 kg) et Panneau de 2000 x 1000 x 50 mm (20 kg) soit 2 m² on retrouvera les données techniques suivantes :

  • Densité : 155 kg/m3
  • Conductivité : λ = 0,055 W/m²k
  • Résistance thermique : R = 0,36 à 0,91 (selon la qualité de l’exécution des nattes)
  • Classement au feu : M2 (combustible – difficilement inflammable. C’est le même niveau qu’un panneau de bois aggloméré par exemple) 

Pour vous faire une idée; voici une comparaison de l’isolation en natte de roseau versus différentes autres options d’isolation naturelles ou non :

Isolant Conductivité thermique (W / mK) Epaisseur minimale  (cm) Prix ( e par m²)
roseau (natte + enduit) 0,035 – 0,055 18 25 – 35 EUR
chanvre 0,04 – 0,045 16 10 – 27 EUR
liège 0,04 – 0,05 18 15 – 40 EUR
laine de roche 0,035 – 0,045 14 10 – 20 EUR
EPS / Styrofoam 0,035 – 0,045 14 5 – 20 EUR

Quel est le prix d’une isolation en roseaux ?

Il faut bien l’avouer, les panneaux de roseaux font partie des isolants écologiques les plus chers :

Pour la matière première, la natte de roseau, comptez environ- selon l’épaisseur choisie –  entre 11€ et 18€ par mètre carré pour la natte nue en 2 cm ou 5 cm d’épaisseur – comme en témoigne cette fiche produit

A cela il vous faudra ajouter l’enduit : comme par exemple un enduit terre/paille qui coûtera environ 20€ par m² pour une épaisseur de 8cm environ (400€ pour 1 000Kg d’enduit qui couvrira 15 à 20 m² avec une épaisseur moyenne de 8cm).
Cela porte l’isolation en roseau à environ 11+20 =31€ par m 2 pour une isolation moyenne et 18+20=38€ par mètre carrés pour une isolation forte.

Ce n’est pas donné, certes. Mais une telle technique d’isolation n’allie t elle pas merveilleusement bien esthétique et performance ? 

Les nattes recouvertes d’un enduit en terre naturelle. Beau, sain et confortable !

La pose d’une isolation en roseaux est-elle plus complexe ?

Si le prix du matériau ne vous rebute pas, si les qualités du roseau en isolation vous ont suffisamment conquises pour ouvrir les vannes du portefeuille; alors il y a encore une chose que je dois vous dire. La pose, elle aussi, coûte un peu plus cher. Car – vous l’aurez probablement déjà compris – il ne s’agit pas juste de plaquer un isolant contre le mur ou le bardage de la toiture. Non il faut enduire le mur, mettre la natte, ré-enduire le mur ensuite en plusieurs couches. Ce travail est technique et long. Donc il est coûteux. 

La pose d’un revêtement intérieur de roseaux, étant donné la nature du matériau, est plus compliquée que lors de l’utilisation de panneaux en fibre de bois, de liège ou de silicate de calcium, et le matériau est cher à l’achat mais qu’il permet l’utilisation de 100% de sa masse y compris les déchets de coupe, le conseil est de compter sur des gens avec de l’expérience pour effectuer le travail ou de s’armer de patience si vous voulez vous y atteler vous-même (ce qui n’est clairement pas impossible !)

Préparation du chantier d’isolation en roseaux

Avantage du Roseau en Isolation

  • Ils sont très résistants dans le temps (app. 80 ans !!) quelque soit le degré d’humidité de chaleur ou de froid de votre région.
  • Ils se classent dans la bonne moyenne des isolants naturels – c’est a dire un peu moins performant que les solutions chimiques – mais potentiellement nocives.
  • Le pouvoir isolant du roseau ne varie pas en fonction de son humidité. Il est donc très stable.
  • La pose est facilité par la souplesse des nattes : les panneaux s’adaptent parfaitement aux spécificités de l’habitation – même ancienne. 
  • Ils sont difficilement inflammables et ce sans adjonctions de sels de bores comme les autres isolants végétaux. C’est le taux de silice très élevé dans la fibre de roseau qui induit cette résistance au feu.
  • Circulaires : les roseaux sont réutilisables et recyclables presque à l’infini.
  • La qualité des roseaux est contrôlée en France et obéit à des normes qui garantissent la performance.
  • Faible déphasage thermique : le roseau protège du chaud aussi bien que du froid. En été vous ne regretterez pas (surtout qu’il est fixé avec un enduit de terre naturelle  qui absorbe l’humidité et la restitue en fonction de la chaleur extérieur. Cela régule naturellement la température de votre logement)
  • Il est parfaitement sain pour votre santé. Il n’émet aucun COV, aucune poussière, ne provoque aucune odeur ou allergie. 
  • Il régule l’humidité dans votre maison en absorbant ou restituant cette dernière.
  • Enfin, les panneaux de roseau représentent d’excellents supports pour l’enduisage.

Inconvénients du Roseau en Isolation

  • Son prix hélas.
  • Une fois enduit et constitué en un mur, on ne peut accrocher de meubles sur le mur (faible résistance de traction). Il faut donc particulièrement bien prévoir l’installation d’éventuels meubles de cuisine ou de salle de bain afin de prévoir des renforts adaptés)
  • l’épaisseur de couche nécessaire (de 10cm à 30cm pour une isolation performante)
  • C’est tout… Si vous voyez d’autres inconvénients, n’hésitez pas à commenter !

Laisser un commentaire