Comment isoler correctement ses combles ?

11 minutes de lecture.

Tout l’enjeu, c’est de réduire le risque de condensation interstitielle et de moisissure tout en couvrant 100% de la surface – et ce afin de permettre à votre matériau isolant de donner le meilleur de lui-même.

En guise de préambule, quelques définitions

Oui je sais ça fait très cours magistral de première année.. Mais bon, parfois il faut ce qu’il faut !

Isolation hydrophobe – n’absorbe pas et ne libère pas facilement la vapeur d’eau, par exemple les isolants artificiels tels que la laine de verre ou la fibre minérale, etc.

Isolation hygroscopique – absorbe et libère facilement la vapeur d’eau. Il absorbe donc la vapeur d’eau pendant les périodes de forte humidité et la libère pendant les périodes de faible humidité. Exemples : laine de mouton (il est préférable de choisir une laine de mouton qui a été traitée pour empêcher les mites et autres insectes de la manger), fibre de bois ou isolant en jute (fabriqué à partir de sacs de cacao et de café recyclés).

La dissipation par le vent – l’air qui se déplace sur l’isolant à partir de la ventilation de votre toit (cette ventilation est obligatoire) réduit l’efficacité thermique de l’isolant en attirant la chaleur hors de celui-ci.

La méthode traditionnelle d’installation de l’isolation des combles

Traditionnellement, la majorité des vieilles maisons ont très peu, voire pas du tout, d’isolation dans les combles. donc il s’agit principalement d’en poser une, et donc … de débarrasser le grenier de tous les débris ou objets stockés et de dérouler des couches de 100 mm d’épaisseur d’isolant en fibre de verre ou en fibre minérale entre les solives (d’autres types d’isolant peuvent être utilisés, mais la majorité de ceux posés en France, sont en fibre minérale ou en fibre de verre).

Ensuite, une deuxième couche d’isolant de 200 mm d’épaisseur est déroulée perpendiculairement à la première afin de minimiser le risque d’espaces entre les rouleaux.
Jusqu’ici tout va bien ? Je suppose que c’est ce que vous avez déjà vu  ? Si ce n’est pas le cas, vous pourrez voir ci-dessous à quoi ça ressemble. Ca vous rappelle ce que vous avez chez vous ? Aïe aïe aïe…. lisez la suite

On commence par remplir l’espace entre les solives
Puis on ajoute 2 à 300 mm d’isolant dans le sens perpendiculaire

Une méthode traditionnelle bourrée de défauts

Est-ce une bonne manière de poser l’isolation ?
La réponse courte est non ! Bien que cette méthode comprenne certaines des étapes correctes, elle omet également quelques étapes pourtant capitales..

Il n’y a pas de couche de protection sur le dessus de l’isolant pour éviter les courants d’air ne dissipent la chaleur au sein de l’isolant et réduise son efficacité. Il faut donc une couverture coupe-vent

Si l’on utilise un isolant hydrophobe, il n’y a pas de pare-vapeur sous l’isolant pour empêcher la vapeur d’eau de pénétrer dans l’isolant et condenser (on appelle cela condensation intersticielle). Cette vapeur d’eau se condense car l’isolant est à la frontière thermique de la chaleur et du froid. Ainsi en pénétrant les couches d’isolant, l’eau de l’air chaud se condensera dans les parties froides.  Non seulment cela réduit l’efficacité de l’isolation mais pire encore elle peut potentiellement retenir l’humidité contre les poutres de la toiture et transformer votre belle charpente en une magnifique champignonnière.

Si l’on utilise un isolant hygroscopique, il n’y a pas de barrière anti-vapeur sous l’isolant pour limiter la quantité de vapeur d’eau qui pénètre en son sein.

De plus, vérifiez bien que les éclairages encastrés soient équipés de coupe-feu, qui contribuent à réduire le risque d’incendie et peuvent également faire office de pare-vapeur s’ils sont installés correctement (c’est à dire hermétiquement).
Si l’isolation est en polystyrène – Pour le coup vous devez impérativement vérifier que  l’isolant en polystyrène n’entre jamais – et ne risque pas – d’entrer en contact avec des câbles en PVC de vos combles (ou ailleurs d’ailleurs), car la gaine en PVC des câbles électriques deviendrait fragile en réagissant au polystyrène, et pourrait provoquer un incendie.

Alors, comment installer correctement l’isolation de vos combles.

En installant ou en améliorant l’isolation des combles de votre maison, vous essayez de faire en sorte que votre maison conserve sa chaleur le plus longtemps possible. Jusque là je suppose que tout va bien et que l’on est sur la même longueur d’onde.

Ce faisant, il est logique d’essayer de protéger l’isolation du vent (ou des courants d’air) et de la vapeur d’eau provenant de l’intérieur de votre maison. Si vous y parvenez, votre isolation sera plus performante et vous réduirez le risque de problèmes de condensation interstitielle.

Prenons un exemple. Il pleut dehors, c’est un jour d’hiver froid, et pourtant Médor s’impatiente, aboie, et gratte à la porte.

Comme vous ne pouvez rien refuser à votre chien, vous vos bottes Aigle et mettez votre ciré jaune Guy Cotten sur votre pull Saint James (vous l’aurez deviné vous êtes un parisien en vacance en Bretagne) avant de sortir vous promener sous la pluie. Bien sûr, sans le ciré imperméable, le pull en laine absorberait beaucoup d’humidité avant que vous ne commenciez à être mouillé vous même et avoir froid (car l’eau – la coquine – pour s’évaporer pique les calories de votre peau et de votre pull). Mais comme vous avez un look de vieux loup de mer avec votre ciré jaune, le pull reste sec et conserve dans ses mailles une couche d’air réchauffé par votre corps. Cet air est captif grâce au Ciré, ce dernier étant étanche à l’air comme à l’eau (et c’est bien pour cela qu’il est Breton – ceux qui connaissent le Finistère sauront bien pourquoi). Bref, même si les autochtones vous regardent en rigolant, vous avez chaud car vous êtes bien isolé de ce temps de m***

Ben pour votre grenier, c’est tout pareil : il faut de l’isolant (l’équivalent de votre pull) mais aussi une protection contre l’eau (qui pompe des calories) et les courants d’air (qui dispersent les calories).

Comment installer l’isolation Étape 1.

Nettoyez vos combles – si vous avez déjà de l’isolant dans vos combles, je vous suggère de l’enlever, puis de nettoyer les combles. Un aspirateur enlèvera tous les petits morceaux d’isolant et la poussière qui pourraient empêcher les bandes d’étanchéité (mentionnées plus bas) de coller.

Comment installer l’isolation Étape 2.

Si vous avez des évents d’avant-toit, vous devez vous assurer de ne PAS les bloquer et vous devrez peut-être réduire l’épaisseur de l’isolation au niveau de l’avant-toit ou, de préférence, installer des entretoises de ventilation qui maintiendront l’espace de ventilation (voir la dernière image de cette page). Vous pouvez acheter ces pièces qui s’insèrent entre les chevrons.

Tous les luminaires encastrés traversant le plafond doivent être recouverts et scellés dans des enveloppes étanches à l’air et au feu telles que des cadre anti-feu en alu  (sinon le luminaire pourrait surchauffer et provoquer un incendie et de la vapeur d’eau pourrait également s’infiltrer dans le luminaire provoquer un court-circuit, surchauffer et… vous connaissez la suite). C’est un point important, il arrive souvent que les électriciens retirent simplement l’isolation autour des luminaires encastrés, laissant ainsi des sections du grenier non isolées.

Les éléments tels que les câbles et les tuyaux qui traversent le plafond doivent également être rendus étanches à l’air (avec des mousses injectées par exemple).

Étape 3 (si vous utilisez un isolant hydrophobe fabriqué par l’homme).

Posez un pare-vapeur, tel que du polyéthylène de calibre 500, qui empêchera la vapeur d’eau de pénétrer dans l’isolant. Si vous pouvez le poser en une seule pièce, c’est encore mieux, mais si vous devez faire des raccord entre les bandes, vous devrez utiliser un ruban de jointoiement de bonne qualité (pas de ruban adhésif ou de ruban adhésif marron pour le déménagement bien sur !). Laissez suffisamment de matière sur les bords pour qu’elle puisse être scellée à tout pare-vapeur qui pourrait se trouver dans les murs, ou si aucun pare-vapeur n’a été installé dans les murs, elle devra être scellée sur la base la plus basse du toit – à la jonction du toit et du mur.

Cela permettra d’obtenir un joint étanche à l’air – ce qui est le but quand même. Lors de la pose du pare-vapeur, il doit descendre directement dans les espaces entre les chevrons pour former des poches dans lesquelles la première couche d’isolant est posée (voir la dernière image de cette page) et l’isolant doit être collé aux solives sans aucune cavité ou bulle..

Étape 3 alternative (si vous utilisez un isolant hygroscopique naturel).

Comme ci-dessus, mais au lieu de poser un pare-vapeur, vous posez un pare-vapeur (VCL) qui laisse passer une quantité contrôlée de vapeur d’eau dans l’isolation hygroscopique. Cela signifie qu’en période de forte humidité, l’isolant peut absorber une partie de la vapeur d’eau, puis la libérer lorsque le taux d’humidité est faible. Cela devrait réduire le risque de condensation et de moisissure dans votre maison. Comme ci-dessus, cette couche doit être scellée et collée à tout pare-vapeur dans les murs ou aux murs et à la plaque murale dans les combles.

Comment installer l’isolation Étape 4.

Posez votre isolant (il est préférable d’utiliser des plaques ou rouleaux de haute densité car ils résistent à l’affaissement avec le temps). Posez 100 mm entre les solives (les poutres horizontales du plancher de vos combles), puis posez une autre couche de 200 mm d’épaisseur (vous pouvez ajouter 300 mm si vous préférez) perpendiculairement à la première couche, ce qui réduira le risque d’interstices dans l’isolation. 

Si vous avez un réservoir d’eau qui se trouve sur ou près des solives, vous ne devez PAS isoler sous le réservoir d’eau : moins isolé il ne gèlera pas… . Par contre vous devrez isoler les côtés et le dessus du réservoir d’eau et installer un couvercle bien ajusté. Si votre réservoir d’eau est surélevé par rapport aux solives, vous devez isoler sous le réservoir d’eau. Les canalisations situées dans les combles doivent également être bien isolées. 

Comment installer l’isolation Étape 5.

Si vous avez l’intention d’installer une zone de stockage ou un passage pour accéder à un coin des combles, vous devez installer des solives ou des pilotis supplémentaires pour élever le niveau du sol fini, de sorte que lorsque vous posez le plancher sur ces sections, elles ne compriment que légèrement l’isolant (de 5 à 10 mm) et forment un joint étanche sans espace.

Comment installer l’isolation Étape 6.

Posez la couche anti courant d’air sur le dessus de l’isolant et scellez tous les bords et les joints.

Schéma de pose d’une isolation de combles

Et enfin l’étape 8.

Prenez du recul et une bolée de Coat Albret (pas très finistérien mais c’est mon préféré. Et puis je m’en moque car je n’habite plus en Bretagne; je fais donc ce que je veux !) et admirez le travail bien fait.

En Conclusion

Vous vous posez encore des questions sur l’isolation ? Vous voulez un récapitulatif de tous les matériaux utilisés actuellement ? Vous cherchez les bonnes pratiques pour poser ou évaluer la pose de votre isolation ? Cet article résume tout le dossier Isolation de Maison-Responsable et vous donne un lien à chaque fois qu’un article approfondit le sujet sur ce blog !

Laisser un commentaire