13 façons de créer un jardin écologique

14 minutes de lecture.

L’environnement est – à juste titre – dans tous les esprits, et si vous avez un jardin, vous avez la possibilité de contribuer à la protection de la nature. Mais à quoi ressemble réellement un jardin écologique et quelles sont ses caractéristiques ? Vous pourriez imaginer une jungle sauvage, envahie par les fleurs sauvages et les insectes. Aujourd’hui, cependant, même les jardins contemporains les plus élégants peuvent être respectueux de l’environnement, grâce à la combinaison de matériaux d’origine éthique et de technologies innovantes. 

Alors pour planifier le parfait jardin écologique, voici mes conseils

1. Recyclez et réutilisez tout ce que vous pouvez

La principale préoccupation écologique est l’origine, l’extraction, la fabrication et l’installation des matériaux dans les structures, les chemins, les murs et les patios. Utiliser des matériaux recyclés à la place est un excellent moyen de passer au vert. Comme les tentatives de récupération, en particulier ceux des villes, peuvent être coûteuses, n’hésitez pas à brûler un peu d’essence pour vous rendre dans les chantiers ou les magasins de bricolage en dehors des villes pour trouver des matériaux à recycler (vieilles palettes, planches de bois…). 

Inscrivez vous sur les groupes de don ou d’échange qui pullulent sur les réseaux sociaux :  les baignoires et les seaux en fer blanc, les tuyaux en argile et les vieilles planches d’échafaudage peuvent être utilisés à bon escient. Les matériaux recyclés vous donnent l’occasion de faire preuve de créativité, en apportant du caractère et un charme désuet à un environnement. Ils vous permettent également d’amplifier davantage l’identité de votre maison et son style de conception. Les vieilles briques artisanales provenant de chantiers de récupération s’accordent parfaitement avec une maison quelque soit son époque de construction. Utilisées pour les bordures, elles ajoutent un charme imparable à vos parterres.

Les « nouveaux » matériaux tels que les pavés fabriqués à partir de béton recyclé sont désormais largement disponibles (par exemple la marque Bradstone), tout comme les terrasses en plastique recyclé (la marque KLP® Deck par exemple) qui sont moulées pour ressembler à du vrai bois.

De nombreuses entreprises vendent désormais des pots, des clôtures et des meubles fabriqués à partir de bois et de plastique recyclés. 

2. Préférez les matériaux écologiques et traditionnels

Les matériaux verts sourcés et fabriqués localement sont très présents dans les jardins durables. Leur choix permet de réduire l’empreinte carbone car ils n’ont pas fait l’objet de transports longs ou par avion. De plus, la plupart d’entre eux utilisent peu ou pas de ciment, dont la production représente plus de cinq pour cent des émissions de carbone dans le monde.

Ils donnent également aux jardins un « sentiment d’appartenance » en les reliant à l’environnement local, ce qui est particulièrement important en milieu rural. Les matériaux tels que le torchis (argile et paille), le chêne, la terre battue, les murs en rondins, le saule tressé, le bois de palissage en châtaignier et même les bottes de paille sont pleins de caractère. Vous devrez considérer le coût par rapport à la durabilité avec plus d’acuité que d’habitude, mais les fournisseurs et les artisans sauront vous conseiller. Et en faisant cela, vous ferez en plus un acte citoyen en préservant l’identité visuelle de nos si belles régions françaises !

Ce qui fonctionne le mieux visuellement dépend de l’endroit où vous vivez et de ce que vous pouvez obtenir facilement, alors renseignez-vous sur ce qui est disponible dans votre région. Gardez à l’esprit que si les matières premières sont moins chères, les coûts de la main-d’œuvre ne le seront pas – les matériaux traditionnels nécessitent des compétences spécialisées qui se transmettent de génération en génération.

3. Et bien sur produits localement

Choisissez des matériaux et des éléments, tels que des dallages et des pergolas, qui ont été achetés ou produits localement, car cela permet de réduire l’empreinte carbone du jardin et de soutenir les entreprises locales. Pour les produits en bois et les terrasses, recherchez les logos des certifications (forêts durables, PEFC …)  pour du bois provenant de plantations certifiées.

4.Economisez l’eau le plus possible 

La conservation de l’eau est essentielle, alors installez un réservoir sur chaque tuyau de descente de gouttière  – vous pouvez choisir des barils en chêne patiné (mais c’est cher) ou les omniprésents bacs en plastique vert. Si vous avez l’espace nécessaire, envisagez d’installer un réservoir de pluie souterrain. Les plus grandes peuvent facilement recueillir assez d’eau pour le jardin, voir la maison ! (vous pourrez alors tirer la chasse d’eau de vos toilettes avec de l’eau de pluie. Mieux que l’eau potable non ?).

Une irrigation intelligente et économique est également utile. N’utilisez pas d’arroseur dans le jardin – arrosez les racines des plantes sans gaspiller l’eau sur les feuilles (les systèmes d’arrosage automatique sont utiles dans ce cas) ; réparez les revêtements des bassins qui fuient ; achetez de grands pots pour les plantes car ils ne sèchent pas aussi rapidement ; et ne tondez pas la pelouse trop court par temps chaud.

N’hésitez pas à pailler les pieds des plantes ou des petits arbres afin de conserver l’humidité de la terre en cas de canicule.

5. N’imperméabilisez pas les les sols

Le ruissellement de l’eau provenant des jardins recouverts de béton dans les villes provoque des inondations localisées et affecte considérablement la faune et la flore. 

Le gravier croquant et les gravillons d’ardoise sont l’alternative perméable évidente au pavage solide, mais il existe de nombreux autres matériaux disponibles – de l’asphalte poreux et du pavage en blocs au gazon renforcé par des grilles en plastique recyclé.

6. Evitez les produits trops chimiques

Vous pouvez utiliser de nombreuses méthodes naturelles pour lutter contre les parasites dans votre jardin. 

Lutte naturelle contre les nuisibles :

  • Éliminez la mouche verte des plantes en utilisant un jet d’eau puissant.
  • Utilisez des anneaux anti-limaces en cuivre pour lutter contre les limaces.
  • Enlevez les jeunes chenilles des brassicas comme les choux ou, mieux encore, couvrez les plantes d’un voile de jardin ou d’un filet fin (en jardinerie).
  • Utilisez des pulvérisations d’ail, de sureau et de feuilles de rhubarbe pour lutter contre les parasites du jardin.
  • Ne touchez pas aux coins désordonnés du jardin pour que les hérissons mangeurs de limaces et les vers lents puissent se cacher de leurs prédateurs.
  • Érigez des nichoirs pour attirer les oiseaux nicheurs et lutter contre les chenilles.
  • Faites pousser de l’aneth et du fenouil pour attirer les syrphes dévoreurs de mouches vertes.
  • Construisez un petit étang pour la faune sauvage – vous attirerez toutes sortes d’insectes bénéfiques.

Plantation d’accompagnement :

  • Les oignons et la ciboulette cultivés autour des roses aideront à combattre la maladie des taches noires.
  • Faites pousser des carottes et des poireaux ensemble pour repousser les parasites du jardin de l’autre.
  • Les soucis français à l’odeur piquante éloignent les pucerons des tomates.
  • Cultivez du basilic pour donner un meilleur goût aux tomates.
  • Plantez du raifort près des pommes de terre pour augmenter leur résistance aux maladies.

Comment lutter contre les mauvaises herbes :

  • Étendez une couche de 5 à 7,5 cm de compost ou d’écorce déchiquetée autour des plantes pour repousser les mauvaises herbes. Cela permet également de garder les racines bien au chaud pendant l’hiver et de conserver l’eau.
  • Tuez les mauvaises herbes annuelles existantes en les recouvrant d’une bâche en plastique lestée.

7. A propos de chimie : étudiez l’emplacement du parking

Faire de magnifiques légumes bio dans le potager et s’échiner à planter des espèces appréciées des pollinisateurs vous a pris du temps, mais vous l’avez fait avec amour…. Alors pourquoi tout gâcher avec des fumées de Diesel ? Dans votre jardin, étudiez l’endroit du parking et tentez de l’isoler par une haie végétale. Garder une distance de 5 mètres environ entre les voitures et les espèces comestibles (arbres fruitiers et potager). Évitez aussi de faire tourner le moteur en stationnement pour éviter que les fumées ne viennent s’inviter dans vos légumes !

8. Choisissez des plantes écologiques 

Le choix des meilleures plantes est un moment important dans la conception de votre jardin, surtout si vous cherchez à créer un jardin biologique. Dans un jardin écologique, les meilleures plantes fourniront de la nourriture et un abri, créant ainsi des habitats parfaits pour les espèces sauvages utiles. Choisissez beaucoup de plantes et d’arbres locaux produisant des baies, comme l’aubépine, qui pourraient pousser à proximité. Les oiseaux et les insectes y seront déjà habitués, ils visiteront donc votre jardin plus fréquemment si vous les cultivez.

Les haies sont certainement préférables aux murs car elles constituent des sites de nidification idéaux et offrent une protection contre les prédateurs. Vous devriez au moins faire pousser beaucoup de plantes grimpantes – le lierre est particulièrement bon, car il offre à la fois une protection et une source de nectar en automne/hiver, lorsque la nourriture est rare. Même les fleurs ouvertes, riches en nectar, comme l’échinacée et le buddleia, feront la différence. Elles sont préférables aux fleurs doubles (variétés de plantes dont les fleurs comptent de très nombreux pétales) modernes qui n’ont pas les nectaires nécessaires pour nourrir les insectes du jardin.

Le principe clé des plantations est de toujours les placer là où elles sont le plus heureuses. Les plantes satisfaites prennent soin d’elles-mêmes, mais les plantes stressées ont besoin d’être constamment nourries et arrosées. Veillez donc à ne pas planter vos plantes qui aiment le soleil à l’ombre, par exemple, ou vice versa. En associant la bonne plante au bon endroit, vous réduirez également au minimum le temps d’entretien du jardin.

Ces dernières années, les botanistes, les écologistes et les concepteurs de plantations contemporaines ont poussé ce concept à un niveau supérieur, ce qui a donné naissance à des prairies naturalistes et écologiques, composées de plantes vivaces colorées et d’une multitude de graminées ornementales. Une plantation à cette échelle nécessite souvent de l’espace, mais il est toujours possible de la réaliser dans un petit jardin. Veillez à éviter les plantes vivaces trop compétitives et à garder une palette de couleurs simple pour éviter un aspect  » miteux « .

9. Favorisez la biodiversité 

Encourager la faune et la flore rend votre jardin beaucoup plus divertissant, tout en contribuant à la lutte contre les parasites – les hérissons mangeurs de limaces et les vers lents aiment les tas de feuilles et de bûches. Pour attirer les oiseaux qui participent à la lutte contre les chenilles, installez des nichoirs et mettez de la nourriture variée. Les grives musiciennes aiment les fruits secs, les merles adorent les pommes pourries et les graines de tournesol attirent les pinsoniers et les mésanges bleues.

Attirez les abeilles en choisissant des plantes à  » visage ouvert « , c’est-à-dire des fleurs vives et voyantes qui fleurissent toute l’année. Les fleurs de printemps sont importantes pour le réveil des abeilles mais sont souvent négligées ; les giroflées, l’aubrietia et le romarin sont tous de bonnes sources de pollen et de nectar. En été, la menthe des chats, le thym et la lavande sont particulièrement intéressants. Le lierre en fleur est excellent en automne. Pour aider les abeilles solitaires, un hôtel à abeilles spécial fournit le site de nidification parfait.

10. Enrichissez votre sol avec des compost de qualité

Une grande quantité de compost et/ou de fumier bien décomposé maintiendra votre sol dans ce que les jardiniers appellent le « bon cœur ». Cela crée un sol sain qui regorge de micro-organismes essentiels, ce qui vous donne des plantes saines qui ne succombent pas aux parasites et aux maladies. Le compost absorbe également l’eau comme une éponge, ce qui est utile pour les sols sableux à drainage libre.

Remplissez en  un grand trou tous les deux mètres lorsque vous plantez, ou répandez-en généreusement autour des plantes comme paillis au printemps ; cela permet également d’empêcher les sols légers d’être emportés par les fortes pluies.

11. Et pour cela faites votre propre compost

Le recyclage des déchets verts est également important – le compost fait maison ne coûte rien et permet d’économiser de l’argent sur le compost en sac et l’amendement de sol des jardineries.

Ce qu’il faut ajouter à votre compost :

  • tontes de gazon
  • cendres de bois (avec modération)
  • tailles de haies
  • épluchures de légumes
  • sachets de thé
  • boîtes à œufs
  • feuilles
  • journaux et cartons déchiquetés (mais attention aux encres d’imprimerie qui sont tout ce qu’il plus chimiques – notamment avec des métaux lourds)
  • le contenu des aspirateurs si vous n’avez pas de tapis en fibres synthétiques..

Évitez les aliments cuits, la viande, les excréments d’animaux domestiques et les magazines sur papier glacé.

12. Si vous en achetez, évitez les composts tourbés

La tourbe est extraite des tourbières, causant des dommages irréparables à de précieux habitats naturels, et comme elle se forme très lentement, elle n’est tout simplement pas durable non plus. Le problème est qu’elle est idéale pour la culture des plantes car elle est stérile, facile à manipuler et retient les nutriments et l’eau comme une éponge.

Pour réduire votre consommation, arrêtez d’utiliser la tourbe comme paillis ou comme conditionneur de sol, et utilisez plutôt du compost fait maison, du fumier de ferme et de la moisissure de feuilles, qui sont plus performants et riches en nutriments. Achetez du compost sans tourbe ou à teneur réduite en tourbe pour le rempotage – c’est indiqué sur le sac – et vous constaterez que les composts modernes à base de tourbe proposés aux jardiniers incluent certaines des alternatives, telles que l’écorce, la fibre de bois, le coir (coque de noix de coco) ou les déchets verts spécialement assemblés.

Les substituts ont leurs détracteurs, en raison des produits médiocres mis en vente à la hâte dans les années 1990, mais aujourd’hui, la plupart des meilleurs substituts sans tourbe donnent d’assez bons résultats, bien que les produits moins chers aient besoin d’être renforcés par des engrais et des arrosages. Pour obtenir les meilleurs résultats, achetez des marques qui ont fait leurs preuves (en d’autres termes, pas le premier prix).

13. Intéressez vous au concept de “Jardin Naturel”

Planter en fonction du jardin, pas du jardinier, telle est la philosophie au cœur du jardin naturel, et se tourner vers la nature vous fournira l’inspiration et un modèle à suivre. Travaillez avec les caractéristiques de votre jardin, pas contre elles.

Par exemple, à l’ombre humide, adoptez les plantes des bois et celles qui poussent en bordure des bois. Pour les pentes ensoleillées, pensez aux plantes méditerranéennes comme le romarin, le genévrier, le laurier et la sauge – des plantes aux feuilles argentées ou bleu-gris qui se sont naturellement adaptées à ces conditions. Un sol gorgé d’eau ? Choisissez des plantes de zones humides – non seulement votre plantation sera visuellement plus confortable, mais elle favorisera également des plantes heureuses et en bonne santé, qui souffriront moins de parasites et de maladies.

Plus populaires aujourd’hui que jamais, les plantes indigènes sont résistantes, faciles à cultiver et fournissent de la nourriture et des habitats précieux pour la faune. Idéales pour un design plus détendu, elles contribuent également à préserver notre patrimoine végétal menacé. Parmi les favorites, citons les cardères hérissés, le chardon des champs de couleur bronze et les géraniums rustiques. Les fleurs rouges, roses ou blanches de la valériane, en particulier, sont magnifiques et durent longtemps. 

Laissez certaines parties du jardin en désordre ; la nature aime le désordre, alors rassemblez des tas de feuilles dans des coins non perturbés et ramassez les bûches et les branches, plutôt que de les brûler (si elles ne sont pas malades). Vous encouragerez ainsi des milliers d’insectes et d’oiseaux butineurs. Les hérissons trouvent également ces endroits irrésistibles pour hiberner.

Laisser un commentaire