Comment jardiner responsable en stockant du CO2 ? 

8 minutes de lecture.

Alors que les dirigeants mondiaux s’interrogent sur l’ampleur des engagements à prendre pour lutter contre le changement climatique, des citoyens du monde entier se mobilisent pour faire face à la crise – à leur échelle certes, mais comme dit grand mère : « les petits ruisseaux font les grandes rivières ».

Savoir par où commencer peut sembler insurmontable, mais chaque action que vous entreprenez compte. Et pour commencer dès maintenant dans le jardin, voici un petit guide pour limiter l’émission de gaz à effet de serre quand vous cultivez votre jardin. Et cela se fait tant en évitant certaines méthodes pétrochimiques, qu’en évitant de libérer le CO2 capturé par vos plantes dans vos sols.

Qu’est-ce qu’un jardin régénérateur ?

En apparence, un jardin régénérateur n’est pas très différent d’un jardin conventionnel, mais c’est ce qui se trouve en dessous qui compte. Le jardinage régénératif utilise les pratiques énumérées ci-dessous pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et augmenter la fertilité du sol.

Le sol d’un jardin régénératif est naturellement nourri par les nutriments produits dans le jardin et autour de celui-ci, et tout est fait pour limiter les perturbations. Ensemble, ces pratiques favorisent un sol sain et dynamique qui stocke le carbone plutôt que de l’émettre. Plus il y a de carbone dans le sol, plus la photosynthèse est efficace pour les plantes qui y poussent, ce qui leur permet d’extraire encore plus de carbone de l’atmosphère.

Le jardinage régénératif présente également d’autres avantages :

  • Une meilleure résistance des cultures aux parasites et aux maladies
  • Plus de biodiversité dans le jardin
  • Une croissance accrue des cultures

Comment la plantation d’un jardin régénérateur peut-elle aider ?

Les plantes ont la capacité étonnante d’extraire le carbone de l’atmosphère et de le stocker dans le sol. Le jardinage régénératif évite de libérer ce carbone stocké, ce qui se produit chaque année dans l’agriculture conventionnelle lorsque les agriculteurs labourent le sol pour le préparer à la plantation. Selon le Rodale Institute, nous pourrions séquestrer une grande partie de nos émissions annuelles de carbone si les agriculteurs pratiquaient l’agriculture régénérative.

Bien sûr, le jardinage présente d’autres avantages environnementaux. En cultivant vos propres fruits et légumes, vous réduisez les combustibles fossiles nécessaires au transport des aliments vers votre communauté. L’utilisation d’intrants locaux et biologiques réduit encore davantage votre impact.

Par où commencer : principes du jardinage régénérateur

Si vous êtes déjà un jardinier, certaines des pratiques ci-dessous peuvent vous sembler familières. Si vous êtes novice en matière de jardinage, l’adoption de ces pratiques simplifiera votre routine et rendra votre jardin plus sain et plus productif.

1. Limitez le bêchage.

Ce n’est un secret pour personne que le labourage d’un sol vivant entraîne une perte de nutriments et de matière organique au fil du temps. Rien qu’aux États-Unis – ou l’agriculture est la plus industrialisée du monde – entre 30 et 50 % du carbone organique du sol a été perdu depuis le début des labours. À l’échelle du pays, cela a évidemment un impact énorme, mais les jardins domestiques peuvent également faire la différence.

Au lieu de labourer votre jardin avant de planter, mettez en pratique certaines des méthodes ci-dessous pour garder votre sol intact et le carbone dans le sol. Si vous commencez de nouvelles plantations, essayez le paillage (ou le paillage en feuilles) pour préparer le sol au lieu de labourer.

2. Couvrez le sol nu.

La terre nue favorise l’érosion du sol. De nombreux jardiniers sont déjà devenus des adeptes du paillage grâce à sa capacité à modérer les changements de température et à limiter les mauvaises herbes. Le paillage permet également de réintroduire du carbone dans le profil du sol.

Garder votre sol planté ou utiliser un mélange de cultures de couverture lorsqu’il n’est pas utilisé sont d’autres moyens de protéger votre sol tout en ajoutant de la matière organique et en attirant le carbone. Veillez simplement à ne pas labourer ces cultures de couverture lorsque vous êtes prêt à planter. Au lieu de cela, coupez près du niveau du sol, ajoutez le matériel coupé au compost ou laissez-le en place pour l’utiliser comme paillis. La culture suivante peut alors être plantée au milieu du chaume. Le chaume finit par pourrir, surtout lorsqu’il sert de paillis à la culture suivante. Le fait de laisser des résidus à la surface du sol (également appelé « armure du sol ») est bénéfique pour votre jardin.

3. Encouragez la biodiversité.

Le jardin le plus sain est celui qui soutient les plantes, les insectes et les organismes du sol. Planter une variété de cultures dans chaque zone est une façon de diversifier votre jardin. Ajouter une bordure de plantes qui attirent les insectes et les oiseaux utiles en est une autre. (On peut aussi laisser dans le jardin un coin « sauvage » non entretenu, qui attire les papillons, les abeilles, les oiseaux et les serpents). Enfin, l’inoculation de votre sol avec du compost donnera un coup de fouet aux microbes, assurant ainsi la diversité des travailleurs invisibles qui nourrissent le sol.

4. Fertilisez avec du compost.

Comme indiqué ci-dessus, le compost n’apporte pas seulement des nutriments au sol. Il encourage également une croissance microbienne saine, ce qui favorise la diversité biologique. La plupart des jardiniers savent que l’ajout de compost permet d’obtenir de meilleurs rendements, mais certains composts sont meilleurs que d’autres.

Si possible, faites votre propre compost en utilisant la méthode qui vous convient le mieux. Il existe des moyens de réussir son compost presque partout, y compris en appartement, avec des vers ou même dans le désert.

5. Cultivez des plantes vivaces.

En consacrant une partie de votre jardin aux plantes vivaces, vous contribuez à limiter la perturbation du sol. Les plantes qui survivent plus d’un an ont plus de chances de piéger le carbone et de protéger la structure du sol. Leurs racines s’enfoncent davantage dans le sol, ce qui favorise la rétention d’eau dans votre jardin.

Les plantes vivaces comestibles (comme les baies, les arbres fruitiers, la rhubarbe, les artichauts et les asperges) sont d’excellents choix, mais les plantes vivaces à fleurs, qui attirent les pollinisateurs, le sont tout autant. N’oubliez pas que l’emplacement d’un massif de vivaces ne doit pas faire de l’ombre aux autres massifs une fois que la culture a atteint sa taille maximale. Dans cette optique, il est utile de placer les plates-bandes de vivaces le long de la limite nord du jardin.

6. Évitez les produits chimiques et synthétiques.

L’agriculture biologique reconnaît que les engrais synthétiques et les traitements chimiques ne nourrissent pas le sol à long terme. Oui, votre plante peut se mettre à verdir lorsque vous l’arrosez d’azote synthétique, mais le sol reste privé de nutriments. En optant pour le compost et d’autres engrais organiques, vous optimisez les capacités de stockage du carbone de votre sol.

7. Introduisez des animaux.

Les agriculteurs régénérateurs utilisent un pâturage soigneusement géré pour introduire du fumier dans leurs champs et reconstituer les microbes du sol. Si vous avez la place de faire courir des poules, des lapins ou des canards dans votre jardin à certaines périodes de l’année, vous améliorerez votre sol tout en réduisant les nuisibles (les canards adorent les limaces tandis que les poules mangent la plupart des insectes). Les poulets et les canards sont particulièrement utiles au début du printemps, avant que les plates-bandes ne soient plantées. Les poules gratteront le sol à la recherche d’insectes tout en laissant du fumier derrière elles, et les canards élimineront les limaces qui se sont installées pendant l’hiver.

Si vous n’êtes pas en mesure d’ajouter un habitat pour animaux domestiques à votre jardin, l’ajout de fumier composté localement, de compost pur ou même de thé de compost vous aidera.

8. Faites une rotation des cultures.

En changeant les cultures que vous plantez dans vos plates-bandes, vous éviterez les maladies et les ravageurs récurrents. De la même manière, lorsque la même culture ou famille de plantes se retrouve au même endroit année après année, le sol s’appauvrit de certains nutriments, ce qui rend plus difficile le maintien d’un équilibre sain. Au lieu de cela, suivez de près les plantes que vous semez dans vos plates-bandes, en veillant à ne pas les mettre au même endroit plus d’une fois tous les trois ou quatre ans.

Lorsque vous récoltez, évitez d’arracher les vieilles plantes par les racines et taillez plutôt au niveau du sol. Plantez votre prochaine culture dans le chaume lorsque cela est possible, car laisser les racines dans le sol permet de préserver les nutriments et autres avantages.

Comment puis-je contribuer autrement à la lutte contre le changement climatique dans le jardin ?

Convertissez une partie de votre pelouse à la culture d’aliments ou de plantes vivaces pour les pollinisateurs.

  • Pour les pelouses que vous gardez, plantez des graminées tolérantes à la sécheresse et aux racines profondes.
  • Fertilisez avec des matières organiques locales.
  • Gardez les plantes dans le sol aussi longtemps que possible. Évitez d’arracher les mauvaises herbes non invasives jusqu’à ce que vous soyez prêt à planter.
  • Réduisez ou éliminez les plastiques de jardin.
  • Remettez les déchets de cuisine dans votre jardin en les compostant.

Laisser un commentaire