Comment faire mon compost : le guide complet du compostage

21 minutes de lecture.

Le compost est le complément le plus important que vous puissiez donner à votre jardin. C’est un moyen simple d’ajouter à votre pelouse ou à votre jardin de l’humus riche en nutriments qui alimente la croissance des plantes et redonne de la vitalité à un sol appauvri. C’est également gratuit, facile à réaliser et bon pour l’environnement. Mais le compostage présente également d’autres avantages.

Avantages du compostage

Conditionneur de sol

Avec le compost, vous créez un humus riche pour votre pelouse et votre jardin. Cela ajoute des éléments nutritifs à vos plantes et aide à retenir l’humidité du sol. On ne l’appelle pas « or noir » pour rien.

Recyclage des déchets de cuisine et de jardin

Le compostage peut détourner jusqu’à 30 % des déchets ménagers de la poubelle. C’est important car lorsque la matière organique arrive à la décharge, elle n’a pas l’air nécessaire pour se décomposer rapidement. Au lieu de cela, elle crée du méthane nocif en se décomposant, ce qui accélère le réchauffement de la planète et le changement climatique.

Introduction d’organismes bénéfiques dans le sol

Les organismes microscopiques présents dans le compost aident à aérer le sol, à décomposer les matières organiques pour les plantes et à lutter contre les maladies des plantes.

Bon pour l’environnement

Le compostage offre une alternative naturelle aux engrais chimiques lorsqu’il est appliqué sur les pelouses et les jardins.

Réduit les déchets des sites d’enfouissement

La plupart des sites d’enfouissement en Amérique du Nord se remplissent rapidement ; plusieurs ont déjà fermé leurs portes. Un tiers des déchets des sites d’enfouissement est constitué de matières compostables. En détournant ces déchets des sites d’enfouissement, on prolonge la durée de vie de ces derniers (et celle de nos espaces sauvages).

[ Vous vous êtes donné un mal fou pour faire votre compost ? ne le gâchez pas ! Apprenez comment utiliser au mieux le compost ?]

Que mettre dans mon compost  ?

Ce que vous pouvez mettre dans votre compost dépend quelque peu du type de composteur que vous possédez, mais certaines règles générales s’appliquent. Toutes les matières compostables sont soit à base de carbone, soit à base d’azote, à des degrés divers. Le secret d’un tas de compost sain est de maintenir un équilibre entre ces deux éléments.

Le secret d’un tas de compost sain : Le rapport carbone/azote

Carbone

Les matières riches en carbone (comme les branches, les tiges, les feuilles séchées, les pelures, les bouts de bois, la poussière d’écorce ou les granules de sciure, les sacs de papier brun déchiquetés, les tiges de maïs, les filtres à café, le marc de café, les aiguilles de conifères, les coquilles d’œufs, la paille, la mousse de tourbe, la cendre de bois) donnent au compost son aspect léger et duveteux.

L’azote

L’azote ou les matières riches en protéines (fumier, restes de nourriture, tontes de gazon, déchets de cuisine et feuilles vertes) fournissent les matières premières nécessaires à la fabrication des enzymes.

Un tas de compost sain doit contenir beaucoup plus de carbone que d’azote. Une règle simple consiste à utiliser un tiers de matières vertes et deux tiers de matières brunes. Le volume des matières brunes permet à l’oxygène de pénétrer et de nourrir les organismes qui y résident. Trop d’azote donne une masse anaérobie dense, malodorante et qui se décompose lentement. Une bonne hygiène de compostage consiste à recouvrir les matières fraîches riches en azote, qui peuvent dégager des odeurs si elles sont exposées à l’air libre, par des matières riches en carbone, qui dégagent souvent une odeur fraîche et merveilleuse. En cas de doute, ajoutez du carbone !

Tableau récapitulatif de ce que vous pouvez mettre dans votre compost

VégétauxRapport Carbone/AzoteInformations à connaitre
Copeaux de bois / granulésCarboneTeneur élevée en carbone ; à utiliser avec parcimonie
Cendres de boisCarboneN’utilisez que des cendres provenant de matériaux propres ; saupoudrez légèrement.
Feuilles de théAzoteEn vrac ou en sacs
Débris de tableAzoteAjouter avec des articles de carbone sec
Paille ou foinCarboneLa paille est la meilleure solution ; le foin (avec des graines) est moins idéal.
Taille d’arbustesCarboneLes bois de taille sont lents à se décomposer.
Papier déchiquetéCarboneÉvitez d’utiliser du papier brillant et des encres colorées.
Algues et varechAzoteAppliquer en fines couches ; bonne source d’oligo-éléments.
Granulés de sciure de boisCarboneNiveaux élevés de carbone ; ajouter en couches pour éviter l’agglutination.
Aiguilles de pinCarboneAcide ; à utiliser en quantités modérées
JournauxCarboneÉvitez d’utiliser du papier glacé et des encres de couleur.
FeuillesCarboneLes feuilles se décomposent plus rapidement lorsqu’elles sont déchiquetées.
Herbes de pelouse et de jardinAzoteN’utilisez que des mauvaises herbes qui n’ont pas encore produit de graines.
Feuilles de consoude verteAzoteExcellent « activateur » de compost.
Tontes de gazonAzoteAjoutez-les en fines couches pour éviter qu’ils ne forment des touffes.
Plantes de jardinN’utilisez que des plantes exemptes de maladies.
Déchets de fruits et légumesAzoteAjoutez des éléments de carbone sec.
Fleurs, bouturesAzoteHachez les longues tiges ligneuses.
Coquilles d’œufNeutreIl est préférable de les écraser.
Peluches de sèche-lingeCarboneMeilleur s’il s’agit de fibres naturelles
Épis et tiges de maïsCarboneLenteur de la décomposition ; mieux vaut la couper en morceaux.
marc de caféCarboneOn peut aussi ajouter des filtres
Fumier de pouletAzoteExcellent « activateur » de compost
CartonCarboneDéchiquetez le matériau pour éviter qu’il ne s’agglomère.

Y a-t-il quelque chose que je ne dois absolument pas mettre dans mon compost ?

Ne compostez pas de viande, d’os ou de restes de poisson (ils attirent les parasites), à moins d’utiliser un composteur spécialement conçu à cet effet. 

Évitez de composter des mauvaises herbes vivaces ou des plantes malades, car vous risquez de propager des graines de mauvaises herbes ou des maladies en répandant votre compost.

N’incluez pas de fumier d’animaux domestiques dans le compost qui sera utilisé sur des cultures vivrières. Il y a un risque de prolifération de bactéries pas très digestes !

 Les peaux de bananes, de pêches et d’oranges peuvent contenir des résidus de pesticides et ne doivent pas se retrouver dans le compost.

Les feuilles de noyer noir ne doivent pas être compostées car elles sont nocives à l’équilibre bactériologique de votre compost

La sciure de bois peut être ajoutée au compost, mais elle doit être mélangée ou dispersée en fines couches pour éviter l’agglutination. Assurez-vous que la sciure est propre, sans résidus d’huile de machine ou d’huile de chaîne provenant de l’équipement de coupe.

Conseil pour bien composter : 

Stockez le compost dans la cuisine dans un petit bac prévu à cet effet

Pour stocker les déchets de cuisine jusqu’à ce que vous soyez prêt à les transférer dans votre composteur, gardez un récipient avec un couvercle et une poignée sous l’évier. Un seau à compost en acier inoxydable avec un filtre à charbon ou un modèle en céramique réduira les odeurs. Si les odeurs occasionnelles ne vous dérangent pas, utilisez un vieux seau à glace. Hachez les gros morceaux avant de les jeter dans le bac. Personnellement j’utilise un vieux pot de fleur en métal signé IKEA que je vide tous les soirs…. C’est très bien 

Un mot sur les déchets de jardin

Avec les déchets de jardin, les différents matériaux de compostage se décomposent à des rythmes différents, mais ils finissent tous par se décomposer. Si vous voulez accélérer le processus de compostage, coupez les plus gros végétaux en petits morceaux. Les feuilles et les tontes de gazon sont également excellentes pour le compostage, mais elles doivent être saupoudrées dans le bac avec les autres matières, ou déposées dans un trou ménagé  au centre du tas puis mélangées. Évitez de les déposer en couches épaisses : ils s’agglutineront et réduiront l’aération, ce qui ralentit le processus de compostage.

L’ajout de terre de jardin à votre compost aidera à masquer toute odeur, et les micro-organismes présents dans le sol accéléreront le processus de compostage.

Compostage des feuilles

Si vous avez trop de feuilles à incorporer dans le bac à compost, vous pouvez simplement composter le tas de feuilles par lui-même. Placez le tas à un endroit où le drainage est adéquat ; une zone ombragée empêchera le tas de se dessécher.

Le tas de feuilles doit avoir au moins 90 cm de diamètre et 1,5 mètre de hauteur. Incluez une couche de terre entre chaque pied de feuilles. Le tas doit être suffisamment humide pour que, lorsqu’un échantillon prélevé à l’intérieur est pressé à la main, quelques gouttes d’humidité apparaissent. Le tas ne doit pas être trop dense ni tassé..

Le tas se compostera en 4 à 6 mois, le matériau étant foncé et friable. Le compost de feuilles est utilisé de préférence comme amendement et conditionneur de sol organique ; il n’est normalement pas utilisé comme engrais car il est pauvre en nutriments. 

Offrez un bon thé à votre jardin : l’infusion de feuilles

Utilisez les feuilles pour faire un  » thé  » nutritif pour vos plantes. Il suffit d’envelopper un petit tas de feuilles dans une toile de jute et de le plonger dans une poubelle ou un grand seau d’eau. Laissez reposer pendant trois jours, puis retirez le « sac à thé » et jetez le contenu dans le compost. Récupérez l’eau enrichie avec un seau plus petit et utilisez-la pour arroser vos plantes et arbustes.

Maintenant que je sais quoi y mettre comment commencer mon compost ?

Commencez votre tas de compost sur de la terre nue. Cela permet aux vers et autres organismes bénéfiques d’aérer le compost et de le transporter jusqu’aux plates-bandes de votre jardin.

Placez d’abord des brindilles ou de la paille à quelques centimètres de profondeur. Cela facilite le drainage et l’aération du tas.

Ajoutez les matériaux de compostage en couches, en alternant les ingrédients humides et secs. Les ingrédients humides sont les restes de nourriture, les sachets de thé, les algues, etc. Les matières sèches sont la paille, les feuilles, les granulés de sciure et les cendres de bois. Si vous avez des cendres de bois, saupoudrez-les en fines couches, sinon elles s’aggloméreront et seront lentes à se décomposer.

Ajoutez du fumier, de l’engrais vert (trèfle, sarrasin, agropyre, tontes de gazon) ou toute autre source d’azote. Cela active le tas de compost et accélère le processus.

Maintenez le compost humide. Arrosez-le de temps en temps, ou laissez la pluie faire le travail.

Couvrez-le avec ce que vous avez sous la main : bois, bâche en plastique, chutes de tapis. La couverture permet de conserver l’humidité et la chaleur, deux éléments essentiels pour le compost. La couverture empêche également le compost d’être trop arrosé par la pluie. Le compost doit être humide, mais pas trempé ni détrempé.

Retournez. Toutes les quelques semaines, retournez rapidement le tas avec une fourche ou une pelle. Cela aère le tas. L’oxygène est nécessaire pour que le processus fonctionne, et le fait de retourner le tas  » ajoute  » de l’oxygène. Vous pouvez sauter cette étape si vous disposez d’une réserve de matériaux grossiers comme la paille. Une fois que vous avez établi votre tas de compost, ajoutez de nouveaux matériaux en les mélangeant, plutôt qu’en les ajoutant par couches. Le fait de mélanger, ou de retourner, le tas de compost est essentiel pour aérer les matières à composter et accélérer le processus jusqu’à son terme. Si vous préférez acheter un composteur plutôt que de construire votre propre tas de compost, vous pouvez envisager l’achat d’un tambour à compost rotatif qui facilite le mélange régulier du compost.

Comment choisir un composteur ?

Pour choisir le type de composteur qui vous conviendra le mieux, vous devez tenir compte de trois facteurs principaux :

  • L’endroit où vous vivez
  • Ce que vous allez composter
  • si vous voulez retourner votre compost manuellement ou non.

Selon ces trois facteurs, voici le type de composteur qui vous convient le mieux :

Ou vivez vous ?Qu’allez vous composter ?
Composter principalement des déchets de cuisineComposter les déchets de cuisine et quelques déchets de jardin.Composter beaucoup de déchets de jardin
Urbain (pas d’espace extérieur)Bac à vers
(lombricompostage)
Urbain (un peu d’espace extérieur, un patio ou un balcon)Bacs à vers ou
Tambour à compost
Bac à compost
Banlieue (avec cour)Bac fermé ou tonneau à compostBac fermé ou tambour à compostBac fermé ou bricolé
Rural (avec cour/acreage)Bac fermé, ou tonneau à compostPile de compost ouverte, bac fermé ou tambour.Pile de compostage ouverte ou plusieurs bacs fermés

Si vous êtes prêt à retourner votre compost toutes les 1 à 2 semaines et que vous vivez dans une région où vous avez accès à un espace extérieur et à des matériaux riches en carbone, les bacs fermés ou les tas de compost ouverts pourraient vous convenir. Si vous vivez dans un environnement urbain ou si votre dos n’est pas prêt pour tout ce brassage, les tonneaux à compost ou le lombricomposteur sont des options à considérer. Poursuivez votre lecture pour en savoir plus sur chacun de ces systèmes de compostage et pour obtenir d’autres conseils sur le compostage.

Les méthodes de compostage les plus simples

« Compostage sans retournement

La plus grande corvée du compostage est de retourner le tas de temps en temps. Cependant, le compostage sans retournement permet d’aérer votre compost sans le retourner.

Le secret est de bien mélanger suffisamment de matériaux grossiers, comme la paille, lors de la constitution du tas. Le compost se développera aussi vite que s’il était retourné régulièrement, et des études montrent que le niveau d’azote peut même être plus élevé qu’avec un compost retourné.

Dans le cas du compostage sans retournement, il suffit d’ajouter de nouveaux matériaux au sommet du tas et de récolter le compost frais au fond du bac. Cela peut se faire facilement avec un composteur Aerobin ou un bac à compost Eco King. Ce qui nous amène à …

Les bacs à compost fermés

Pour le compostage extérieur à petite échelle, les bacs fermés sont les plus pratiques. Les bacs fermés comprennent :

Bac à compost DIY – fait maison

La méthode la moins coûteuse consiste à en construire un soi-même à partir d’une poubelle résistante, comme une poubelle de jardin par exemple. Il suffit de percer des trous d’aération de 1,5 cm en rangées à environ 15 cm d’intervalle autour de la boîte. Remplissez la poubelle avec un mélange de matières riches en carbone et en azote (voir le tableau ci-dessus). 

Remuez le contenu de temps en temps pour éviter les poches anaérobies et accélérer le processus de compostage. Si le couvercle est bien fixé, le bac peut être posé sur le côté et roulé.

Bacs à compost standard et digesteurs

Une autre option est le bac à compost, parfois appelé « digesteur de compost ». Les bacs à compost sont fermés sur les côtés et le dessus, et ouverts sur le fond, de sorte qu’ils reposent directement sur le sol. Il s’agit d’unités de compostage courantes dans les zones résidentielles où les bacs sont généralement plus petits, mais suffisamment fermés pour décourager les nuisibles. Ces bacs sont peu coûteux, mais il est difficile de retourner le compost, et il faut parfois plusieurs mois pour produire du compost. Ces bacs sont en plastique à parois minces et peuvent s’écailler sur les bords, surtout en cas de gel.

Digesteur de déchets alimentaires

Ces  » composteurs  » de comptoir broient et déshydratent les déchets alimentaires au lieu de les décomposer. Le processus ne prend pas plus de trois heures, et vous obtenez une matière sans odeur qui peut être utilisée comme engrais de jardin. Lorsque vous avez terminé, enterrez le produit obtenu sous la surface du sol, où le processus de décomposition se met en marche, pour le plus grand bien de vos plantes.

Tambours à compost

La méthode de bac fermé la plus efficace est le tambour à compost. Il est possible de maintenir des températures relativement élevées dans les systèmes tambour/tumbler, à la fois parce que le conteneur agit comme un isolant et parce que la rotation maintient les microbes aérés et actifs. Certains modèles sont dotés d’une « palette » intérieure ou de « pointes d’aération » qui permettent d’introduire de l’air dans le compost et d’éviter l’agglutination des matières à composter. D’autres modèles ont des trous aux extrémités pour l’aération. Cela accélère considérablement le processus de compostage.

Les tambours à compost ont de nombreux avantages :

  • Ils accélèrent le processus de compostage
  • Ils permettent de composter toute l’année grâce à une température interne plus élevée.
  • Ils sont inaccessibles aux rongeurs, aux ratons laveurs, aux chiens et autres animaux.
  • Le compost reste bien enfermé et ne dégage pas d’odeurs ; il convient parfaitement aux zones résidentielles et aux terrasses ou patios de grands appartements.

Conseils pour un compostage réussi

Activez votre compost

Il est possible d’ajouter des « activateurs » à votre compost pour aider à relancer la décomposition et accélérer le compostage. Les activateurs de compost les plus courants sont les feuilles de consoude, les tontes de gazon, les jeunes mauvaises herbes et le fumier de poulet bien décomposé. Vous pouvez également acheter de l’inoculant dans votre jardinerie locale, mais une pelle pleine de compost fini provenant d’un autre tas fonctionne tout aussi bien.

Comment éviter que les insectes ne viennent perturber mon compost ?

Les petites mouches à fruits sont naturellement attirées par le tas de compost. Découragez-les en couvrant les fruits et légumes jetés dedans par une fine couche de terre ou de feuilles mortes. Ou alors, gardez un petit tas d’herbes coupées à côté de votre bac à compost et, lorsque vous ajoutez de nouveaux déchets de cuisine au tas, recouvrez-le d’un ou deux cm d’herbe coupée. L’ajout de chaux ou de calcium découragera également les mouches.

Comment éviter les odeurs désagréables de mon tas de compost ?

Cela peut être un problème dans les zones urbaines et en banlieue avec de petits terrains et des voisins vivant à proximité. Réduisez ou éliminez les odeurs en suivant deux pratiques : 

Premièrement, n’oubliez pas de ne pas mettre d’os ou de restes de viande dans le compost ; 

Secondement, couvrez les nouveaux ajouts au tas de compost avec des tontes de gazon sèches ou un paillis similaire. L’ajout de chaux ou de calcium neutralise également les odeurs. 

Si le compost sent l’ammoniac, ajoutez des éléments riches en carbone comme de la paille, de la mousse de tourbe ou des feuilles séchées. 

Mon compost fume !Est-ce un problème ?

Pas de problème. Un tas chaud et fumant signifie que vous avez une grande communauté de créatures microscopiques qui travaillent à la fabrication du compost.

Votre tas de compost est-il trop humide ?

C’est un problème courant, surtout en hiver, lorsque les matières carbonées se font rares. Pour résoudre ce problème, vous devez rétablir l’équilibre azote-carbone de votre compost en y ajoutant des éléments azotés, comme des résidus de tonte

Des grumeaux de feuilles et des brins d’herbe ?

C’est un problème courant avec les matières jetées dans le composteur. Les matières humides s’agglutinent et ralentissent le processus d’aération. Il existe deux solutions simples  soit vous mettez ces matières sur le côté du composteur et les ajoutez progressivement aux autres ingrédients, 

soit vous les séparez à l’aide d’une fourche. Les tontes de gazon et les feuilles doivent être mélangées au reste des matières à composter pour obtenir de meilleurs résultats.

Des problèmes avec les ratons laveurs, hérissons et autres petits rongeurs ?

S’il y a une population de rongeurs dans votre région, ils seront naturellement attirés par votre tas de compost. La meilleure solution à ce problème est de leur interdire l’accès au compost. (Un couvercle en bois ou en métal peut être facilement fixé au bac décrit plus haut sur cette page, ou vous pouvez acheter un bac à compost du commerce avec des couvercles bien ajustés et à l’épreuve des parasites.

Je ne sais pas ou mettre mon compost !

Le sol sous un bac à compost s’enrichit au fur et à mesure que les nutriments s’infiltrent dans le sol au fil des arrosages. Vous pouvez placer votre bac sur une parcelle de terre que vous prévoyez d’utiliser pour un futur potager, une plate-bande ou un arbre fruitier. Chaque année, vous pouvez déplacer le bac à un endroit différent ; vous en tirerez un double avantage – le compost du bac et un lit de terre riche en nutriments prêt pour de nouvelles plantations.

Profitez de la générosité de l’automne

Le plus grand défi du compostage domestique à petite échelle est de trouver suffisamment de matières riches en carbone pour équilibrer l’apport régulier de matières riches en azote provenant des déchets de cuisine, des épluchures de fruits et légumes, du marc de café, des tontes de gazon et d’autres matières fraîches.

Qu’en est-il des personnes en milieu urbain ? Peut-on composter à l’intérieur ?

Même si vous vivez en appartement ou dans un autre lieu urbain, vous pouvez toujours réduire vos déchets organiques et produire votre propre compost pour vos plantes en pot, vos jardinières de balcon ou votre parcelle dans le jardin communautaire local. Il existe plusieurs méthodes de compostage en intérieur qui sont sans odeur et suffisamment compactes pour les petits appartements. Pour plus d’informations sur ces méthodes et d’autres méthodes de compostage en intérieur, lisez notre article : Comment composter dans un appartement

Qu’en est-il des graines de mauvaises herbes ?

L’introduction inattendue de nouvelles graines de mauvaises herbes dans votre jardin est un problème du compostage. Cela est dû à un compostage lent ou incomplet qui n’a pas généré assez de chaleur pour tuer toutes les graines de mauvaises herbes. Les graines de mauvaises herbes dans le compost sont une nuisance car une fois que le compost est transféré dans vos plates-bandes, il fertilise les mauvaises herbes et les rend encore plus tenaces ! Dans le cas des bacs ou des tas de compost domestiques, la façon d’éliminer les graines de mauvaises herbes est double :

Assurez-vous que votre compost est suffisamment chaud.

Passez votre main au centre du tas – il doit être presque trop chaud pour être confortable. Plus précisément, la température doit être comprise entre 130 et 150 degrés F. Il faut environ 30 jours à 140 degrés pour tuer toutes les graines de mauvaises herbes.

Mélangez votre tas.

Si votre compost est chaud au centre de la masse, l’extérieur du tas est plus frais, ce qui donne aux graines une chance de survivre. Le mélange apporte des matières plus fraîches dans la zone plus chaude et augmente l’aération, ce qui aide à atteindre les niveaux de chaleur plus élevés. Les tambours à compost sont très utiles à cet effet.

Si vous achetez de la litière pour les animaux, ou si vous utilisez du paillis ou des matières riches en carbone pour remplir votre tas de compost, n’oubliez pas que vous risquez d’introduire des graines dans votre jardin via le compost. Par exemple, veillez à acheter de la paille, et non du foin, car la paille est généralement exempte de mauvaises herbes. Demandez au personnel de vente s’il y a eu des plaintes concernant la présence de graines dans ces produits.

Mon compost meurt tous les hivers, comment faire ?

Il existe des méthodes pas si compliquées que cela pour faire durer votre compost tout au long de l’année. Le principal défis étant qu’il ne gèle pas, il faudra donc l’isoler ! Attention, je ne vous parle pas d’isoler efficacement votre maison, mais de trouver des techniques peut couteuses et naturelles pour garder votre compost bien au chaud tout l’hivers. Pour les découvrir, c’est avec cet article : Comment garder mon compost en hivers ?

Laisser un commentaire