Courants d’air : les trouver, les stopper.. Mais pas trop.

14 minutes de lecture.

Vous avez fermé portes et fenêtres et espérez vous lover bien douillettement dans le canapé pour procrastiner bien au chaud loin du temps de chien de traîneau qu’il fait dehors.
Mais à peine votre film préféré a-t-il commencé, que vous sentez un petit air glacial venir vous chatouiller les pieds…
Pourtant portes et fenêtres sont bien fermées, vous avez vérifié plutôt deux fois qu’une !
Mais Bon Sang comment donc ce froid entre-t-il ?
Et bien parce que la physique joue contre vous ! Eh oui ! Parce qu’une maison chauffée et trop perméable à l’air se comporte comme un gros aspirateur à courant d’air :l’air chaud monte (cf les montgolfières) et s’il peut s’échapper par le moindre interstices dans les parties supérieures de la maison, il crée en quittant le foyer une dépression dans les parties basse.
Comme Maman Nature a horreur du vide, l’air froid extérieur est aspiré, lui aussi par les moindres interstices….. et vous, vous montez le chauffage. Et voila que votre bonne vieille chaudière se met à consommer comme un tank soviétique sur une autoroute de montagne….
Alors haut les coeurs, on ne va pas se laisser faire – ni ruiner – c’est parti pour la guerre aux courants d’air.

Voici la liste des cibles : les alliés des courants d’air dans votre maison

Pour faire simple, l’air passe par des interstices. Et dans une maison – qui plus est ancienne – des interstices; il y en a beaucoup ! Mais ne vous découragez pas à ce stade, certains sont faciles à éliminer; mais encore faut-il savoir où les chercher.
A vot’service M’sieur Dame; voici la carte d’Etat-Major :

  • Les espaces autour des câbles et tuyaux, là où ils traversent les murs de votre maison.
  • Les interstices autour des cadres de fenêtres mal ajustés, souvent dus à l’utilisation d’un mastic ou d’une mousse de mauvaise qualité
  • Les fenêtres à simple vitrage (mal) mastiquées
  • Les planchers suspendus en bois permettent aux courants d’air de pénétrer dans votre maison par les planches et autour des plinthes.
  • Cheminées ouvertes.
  • Sous les portes.
  • Par les boîtes aux lettres quand celle-ci est intégrée à la porte ou à une fenêtre.
  • Les chatières pour nos amis les bêtes
  • Par les ventilateurs d’extraction lorsqu’ils sont éteints.
  • Par d’éventuelles fissures ou mauvais raccord des murs
  • Par les trous de serrure (même les trous de serrure modernes de type Yale).
  • Par des trappes de grenier mal ajustées.
  • Par des défauts de toiture : tuile manquante ou fendue
  • La hotte de la cuisine si celle-ci est un peu vieillotte

Tous ces éléments et bien d’autres encore font que nous n’avons aucun contrôle sur la quantité d’air glacial qui entre dans nos maisons. Alors on oublie la soirée cocooning ?
Bah oui et non: on commence par se lever et partir vaillamment en guerre… contre des courants d’air !

Une fenêtre mal isolée
Voici le visage de l’ennemi : une fenêtre mal isolée…

L’Empire Contre Attaque : vos 10 armes anti courants d’air

  1. Les courants d’air pénètrent d’abord autour des fenêtres et des portes.
    Avec le temps, les joints mis en place entre les cadres et la maçonnerie tendent à se rétracter, se fissurer et tomber. Ces espaces autour des portes et des fenêtres laissent le vent pénétrer dans votre maison. Un bon examen par l’extérieur (les défauts sont plus visibles à l’extérieur) et l’application d’un mastic ou de mousse pour colmater les fissures permettent d’y remédier.
  2. Installez un couvercle de boîte aux lettres ou un clapet plus lourd pour que le vent ne le soulève pas). De même un petit joint en silicone qui sera comprimé par le poids du clapet peut aider à mieux étanchéifier la chose..
  3. Examinez l’évacuation de la hotte de votre cuisine (Oui c’est sur le toit. Si c’est difficile d’y accéder, sauvez vos os en payant un pro pour le faire). Les évents extérieurs de la plupart d’entre eux se composent d’une grille de base et ne sont pas équipés de clapets pour empêcher le vent de pénétrer à l’intérieur. Il devrait être facile d’installer/ faire installer – si l’accès est compliqué – une nouvelle bouche d’aération avec des clapets pour empêcher le vent de s’engouffrer dans le conduits et de là dans toute votre maison.
    Avant de dépenser des sous chez un artisan, vous pouvez quand même vérifier par vous même si la hotte joue le rôle de frigo pour votre maison : un jour de grand vent, placez vous en dessous. Si vous avez froid, sortez votre chéquier.
    Mais rassurez-vous : ce que vous dépenserez, vous l’économiserez en chauffage.
  4. La trappe d’accès au grenier de nombreuses maisons n’est pas bien étanche et l’air qui doit y circuler pour éviter la condensation dans les combles peut s’infiltrer par les bords dans votre pièce chauffée (ou cela peut laisser passer l’air chaud de votre maison et aspirer de l’air froid). Vous pouvez remplacer votre ancienne trappe de grenier par une trappe isolée et étanche aux courants d’air. Une autre solution consiste à clouer des bandes isolantes en caoutchouc (de meilleure qualité que les bandes collantes), qui possèdent de petits trous pour limiter les passages d’air (nous verrons un peu plus loin pourquoi on doit absolument consentir à quelques courants d’air dans la maison). Une dernière solution est de faire un joint en tissu sur le cadre : comprimé par la trappe fermée il limitera les débits d’air. Il faudra peut-être ajouter un petit système de verrou pour que la trappe reste bien fermée en comprimant le tissu.
  5. Faites de même pour les portes. Et vérifiez que les portes sont correctement posées, sans interstices trop importants avec le plancher ou son cadre. N’oubliez pas les “saucisses” : ces joints de bas de porte (c’est leur nom véritable d’ailleurs) que l’on pose. Soit ils sont dans une matière plastique et se clipsent en bas de la porte, soit ils ont vraiment la forme d’une saucisse : en feutre ils se planquent devant la porte.
  6. Dans les vieilles maisons avec des planchers en bois apparents, les espaces entre les lames peuvent être à l’origine de nombreux courants d’air. Vous pouvez installer une isolation sous le plancher, mais assurez-vous que l’air peut toujours circuler. En tous cas ne vous épuisez pas à vouloir colmater les espaces entre les lames de parquet : ils sont souvent si petits qu’il est difficile de maintenir le mastic en place. Les tapis – bien sur – sont utiles. Si vous n’êtes pas fan de votre parquet Versailles ou si le plancher est juste moche, vous pouvez le doubler un parquet flottant. Mais bon ca dépend du parquet : recouvrir un parquet de chêne avec des trucs plus ou moins mélaminés… je vous laisse juger…
  7. Lorsqu’il n’y a pas de plinthe sur les murs derrière les meubles de cuisine, des courants d’air peuvent s’introduire entre le sol et le mur. La difficulté c’est qu’à moins de démonter la cuisine, vous n’y avez pas accès. Néanmoins vous pouvez envisager l’isolation de l’espace sous les armoires avec de l’isolant pour grenier, et de la mousse expansive dans les espaces autour des tuyaux.
  8. Les cheminées sont naturellement sujettes aux courants d’air. Pour celles qui ne sont pas régulièrement utilisées, un ballon de cheminée permet de couper l’air froid. Le principe est simple : un ballon gonflable qui bloque donc le conduit. Sinon, plus onéreux, vous pouvez faire installer une trappe de cheminée. Si vous êtes adeptes des flambées régulières, c’est la meilleure option.
  9. Bien entendu les bon vieux rideaux lourds, en particulier les rideaux de porte. Ca fait grand mère, certes, mais croyez moi, si les grands mères le faisaient (et leurs grands mères avant elle) ce n’était pas pour rien. Notez juste que comme ils ne sont pas fermés en permanence, cela ne sera efficace que la nuit.
  10. Les évents. Les évents de plomberie peuvent être votre ennemi : il s’agit de prises d’air qui permettent l’appel d’air dans les tuyaux d’évacuation des eaux – imaginez une paille remplie d’eau : si un doigt bouche un côté de la paille, l’eau ne tombera pas. Pour votre chasse d’eau, c’est tout pareil. Il existe des membranes spéciales pour les évents.
    Mais attention : pour les évents de cheminée, de poêle ou de chaudière, vous devrez vérifier avec un expert chauffagiste que la membrane respirante est sûre. Attention pas de blague, le monoxyde de carbone est beaucoup plus préoccupant dans votre maison que les courants d’air : ces derniers ne vous tueront pas en une heure pendant votre sommeil.

Le monde parfait : un monde sans courants d’air ? NOOOONNN !

Dans un monde parfait,il n’y aurait aucun courant d’air dans la maison….

Mais ce serait une catastrophe tant pour elle que pour vous. Champignons et pollution intérieure auraient vite raison de votre charpente et de votre santé !

En cause l’humidité et les C.O.V. qui s’accumuleraient jusqu’à plus soif.

Illustration d'émanation chimique de la peinture
L’accumulation de Composés Organiques Volatils (C.O.V.) dans votre intérieur nuit à votre santé.

Donc il faut ventiler une maison. Il existe d’ailleurs une multitude de systèmes permettant une aération contrôlée de votre intérieur. Mais tous ces systèmes reposent sur le postulat que l’étanchéité de votre maison n’est pas parfaite et qu’il existe donc une aération incontrôlée qui renouvelle l’air.

Pour cette raison, la majorité des systèmes de ventilation dont nous disposons reposent en fait sur un élément de ventilation non contrôlée, c’est-à-dire qu’ils supposent qu’un certain renouvellement de l’air (0,15/h) se produira par le biais de ces courants d’air non contrôlés.

Par exemple une VMC de salle de bain : si l’extracteur aspire 4 litres/sec. d’air vicié et humide, il doit y avoir un autre endroit dans votre maison où 4 litres/sec. d’air frais peuvent entrer, sinon le ventilateur extracteur ne fonctionnerait pas (ou il vous faudrait une combinaison spatiale pour rentrer chez vous car – à terme – la maison serait sous vide).

Or un système de ventilation entièrement contrôlé serait extraordinairement complexe à mettre en œuvre. Et donc extraordinairement onéreux.

Donc dans une maison bien aérée – tout en étant performante énergétiquement – l’air de remplacement entrera par une combinaison de courants d’air incontrôlés et de ventilation contrôlée.

Alors soyez mesuré dans votre chasse aux courants d’air et souvenez vous de ce que votre dentiste pensait du chocolat : un peu c’est bon mais trop c’est c** !

A contrario, pourquoi l’étanchéité à l’air est-elle si importante ?

L’amélioration de l’étanchéité à l’air de votre maison fera une énorme différence dans la quantité d’énergie que vous utilisez pour la chauffer en hiver ou la rafraîchir en été. Donc si vous abandonnez la bataille en vous disant qu’il suffit de s’acheter une bonne paire de chaussettes pour dormir… eh bien lisez la suite !

Même si votre maison est bien isolée, une mauvaise étanchéité à l’air réduira l’efficacité de l’isolation installée par ce que l’on appelle le « windwashing » (ou lavage par le vent : le vent soufflent sur et, dans une certaine mesure, à travers le matériau isolant, ce qui disperse la chaleur de ce matériau et rend l’isolation moins efficace). Votre système de chauffage doit alors s’allumer plus souvent pour remplacer cette chaleur, ce qui vous coûte plus cher et biensûr, brunit quelque peu notre si belle planète bleue .

Pour comprendre, imaginez que vous sortez par une journée froide avec un épais pull en laine. La laine est un excellent isolant, vous aurez donc bien chaud (Merci Saint James !!) Eh bien, oui, à condition qu’il n’y ait pas de vent. Un jour de vent, le vent souffle directement à travers le pull en laine – disperse les calories stockées dans la laine- et vous avez froid. Imaginez maintenant que vous enfilez un ciré par-dessus le pull en laine (qui ne laisse pas passer le vent – merci Guy Cotten !).Vous avez de nouveau chaud, même dans la brise bretonne.

En fait, il suffit d’arrêter le “windwashing” pour avoir instantanément de nouveau chaud.

Il en va de même pour votre maison. Il suffit de “mettre un ciré” sur votre isolation pour qu’elle soit beaucoup plus performante. Ainsi, lorsque vous réalisez la rénovation de votre maison et que vous installez ou améliorez l’isolation, il est très important d’améliorer l’étanchéité à l’air de votre maison, tout en maintenant la respirabilité de la structure et la ventilation contrôlée (sinon gare aux courants d’air).

Comment assurer une étanchéité à l’air dans ma maison ?

Cette fois-ci nous nous poserons la question sous l’angle de l’isolation. Pour ce faire, il faut installer une couche étanche à l’air sur la face froide de l’isolant et une couche de contrôle de la vapeur (un pare-vapeur – comme on l’explique ici ) sur la face chaude de l’isolant puis tapisser les bords et les joints. Vous trouverez un dossier complet sur l’isolation accessible à partir de cet article

Le résultat net de cette opération est de permettre à votre isolation d’empêcher la chaleur de sortir en été et de la laisser entrer en hiver.

Même si vous n’améliorez pas ou n’ajoutez pas d’isolation, il est toujours utile de rendre votre maison aussi étanche à l’air que possible TOUT EN MAINTENANT UNE VENTILATION CONTRÔLÉE (la répétition fixe la notion), et la bonne nouvelle c’est que c’est relativement facile et bon marché à faire.

Comment puis-je vérifier l’étanchéité à l’air de ma maison ?

Vous pouvez directement supposer que votre maison n’est pas étanche aux courants d’air, et plus elle est ancienne, plus elle risque de l’être.

Vous pouvez vérifier l’étanchéité à l’air en recherchant les fuites d’air à l’aide d’un bâton d’encens. Choisissez un jour où il y a du vent dehors ou une grande différence de température entre l’intérieur et l’extérieur. De cette façon, les courants d’air devraient être à leur maximum. Allumez le bâton d’encens et soufflez dessus pour qu’il se mette à fumer continuellement. Ensuite, faites le tour de votre maison à tous les endroits mentionnés ci-dessus et observez la fumée, vous verrez tout de suite s’il y a une fuite. On pourra alors utiliser des post it pour se rappeler de l’emplacement des courants d’air, ce qui permettra d’y retourner plus tard pour les colmater.

Qui vérifie l’étanchéité à l’air de ma maison ? Et comment font-ils ?

Qui vérifie l’étanchéité à l’air ?

Si vous ne le faites pas vous même, ou si vous voulez le faire dans une vraie optique d’isolation de votre maison, sachez qu’il vous faudra recourir aux services d’un pro. Il existe en effet des entreprises qui peuvent vérifier l’étanchéité à l’air de votre maison

Comment vérifient-ils l’étanchéité à l’air ?

en scellant toutes les ouvertures (fenêtres, cheminées, portes, etc.) et la ventilation contrôlée (bouches d’aération, extracteurs, etc.), puis en installant un grand ventilateur dans l’embrasure de la porte, qui est utilisé pour pousser l’air dans la propriété en créant une pression positive de 50 Pascals à l’intérieur de la maison.

En fonction de l’effort que le ventilateur doit fournir pour maintenir cette pression d’air constante de 50 Pascals, on peut calculer le degré d’étanchéité de votre maison.

En ajoutant un fumigène (inoffensif) a l’intérieur, on pourra même détecter les principaux points de fuites, afin de les colmater.

Et pour en savoir plus …

Pour tout savoir sur la ventilation des maisons, vous pouvez consulter mon article qui résume toutes les problématiques de la ventilation des maisons: Systèmes existants avec leurs avantages, inconvénients, coûts, impératifs légaux… Bref tout y est; alors n’hésitez pas : c’est par ici pour savoir comment bien ventiler son logement

Laisser un commentaire